mardi 29 juin 2010

Le journal de mai est sorti des presses

Et il est sorti avec un jour d'avance car, allez savoir, je me suis éveillé tout à l'heure avec la certitude que nous étions le dernier jour de juin. Enfin, bon, il est bel et bien là. On notera qu'à compter de ce mois, chaque livraison mensuelle portera un titre – si possible en rapport avec son contenu mais la rédaction ne promet rien.

38 commentaires:

  1. J'ai du mal à écrire les lignes qui suivent; comment commenter ce journal sans commenter votre vie ? J'efface dix fois trois ou quatre phrase assez bêtes. Je ne saurais dire si ce journal est meilleur ou moins bien que le(s) précédent(s), mais je me suis ruée dessus dès parution, comme pour les autres.
    J'ai noté deux trois petites choses: tiens tiens, vous avez écrit des livres. Tiens tiens, une de vos connaissances (de nos connaissances)va être édité par Gallimard... Qui donc ? Je suis curieuse.
    J'apprécie surtout l'ordinaire, la simplicité, le manque d'emphase et de prétention, de feinte, la description d'une vie d'écrivain en bâtiment qui ne fait pas de grands voyages, tond sa pelouse, lit, fréquente qui lui plait, et va se marier à l'église pour faire plaisir à la femme qu'il aime. Bon, j'arrête avant d'effacer encore.

    RépondreSupprimer
  2. Le fait que j'ai écrit des livres ne me semble pas être un scoop, si ? Sinon, merci pour votre lecture bienveillante... et votre œil d'aigle (on se comprend...) !

    RépondreSupprimer
  3. Ecrit d'autres livres non publiés, si. Je ne me rappelle pas l'avoir lu, en tout cas.

    RépondreSupprimer
  4. Très émue par le passage sur vos parents et le temps qui passe, sur l'injustice aveugle de la mort qui n'y comprend rien, ne voit pas qui elle doit prendre ou laisser encore un moment.
    Bouleversée par votre fidélité au souvenir de Juan. Comme je vous envie d'avoir fréquenté un tel bonhomme!
    Curieuse de savoir si le jeune couple sympa va acheter la maison voisine. tenez-nous au courant!
    Je sais que j'ai ri aussi, mais je ne sais plus à quel passage et je n'ai pas le temps de tout relire pour le moment.
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  5. Le passage sur L'Exorciste a produit exactement les mêmes effets à mon mari. Il a vu ce film pour la première fois à 16-17 ans, dans une immense propriété dans laquelle vivait une vieille veuve d'un fonctionnaire basé longtemps en Afrique, elle riait devant chaque épouvante du film, habituée aux tours de vaudou africains, alors que mon pauvre homme claquait des dents à l'idée d'affronter quelques couloirs pour atteindre sa chambre.

    Je suis d'accord avec vous en ce qui concerne les rencontres de blogueurs : je n'ai jamais eu de (mauvaises) surprises en en découvrant "pour de vrai" certains!

    RépondreSupprimer
  6. comme toujours, j'aime beaucoup ces tranches de vies...vous avez raison en ce qui concerne les rencontres avec des blogueurs, toutes celles que j'ai eu l'occasion de faire étaient très réussies..et certains sont devenus des amis.....

    ah les parents qui vieillissent sous les yeux des enfants..qui vieillissent aussi....je pense que mes enfants pensent que je suis sénile par moment..lol.....

    les rapports enfants-mères, moi, je suis une mère indigne, genre, je vous ai élévès, j'ai fait ce que j'ai pu, maintenant demerdez vous....j'ai dit à une de mes filles qui me cherchait vraiment des poux dans la tête " il n'y aura pas de bléssées, que des morts" et je ne l'ai pas revue depuis 10 ans.....genre tatie Danielle moi je crois.....

    RépondreSupprimer
  7. François Mitterrand écrit sur le forum du PI ?

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne : ah, vous parliez de mes erreurs de jeunesse...

    Carine : la maison est vendue depuis peu... mais on ne sait pas encore à qui !

    La Crevette : oui, à cet âge (où l'on joue à l'homme : mouarf !), c'est un film qui secoue.

    Boutfil : tiens, une autre de mes commentatrices se voit elle aussi comme une "mère indigne" ! (Mais je ne vous dirai pas laquelle. Ou alors seulement de vive voix...)

    Le rouge : je ne comprends pas à quoi vous faites allusion.

    RépondreSupprimer
  9. Ca se lit tout seul, cette affaire là. Mais dites-moi, je croyais qu'on ne devait pas commenter sur le journal, seriez vous comme la plume au vent ?

    RépondreSupprimer
  10. Mais qu'est-ce-qu'elle a sur la figure, la pauvre ?!

    RépondreSupprimer
  11. je n'avais jamais lu ton journal, j'en suis encore au plaisir de la découverte qui, pour moi qui ne te connaît pas dans la vraie vie, peut rester serein. Le fait de le publier "live" me semble fichtrement périlleux, non pour toi mais pour ceux qui te côtoient. Je parle en connaissance de cause (pour avoir été "épinglée" dans l'un de ces catalogues que sont les journaux intimes d'écrivains).

    Je comprends la "gêne" de Suzanne, comment dire à l'écrivain-ami ce qu'on pense vraiment ? Je comprends aussi l'inquiétude d'Olympe (croisée au KDB : "Didier risque de parler de moi dans son journal", c'est d'ailleurs sa remarque qui m'a donné envie de te lire, merci Olympe !).

    J'ai une petite idée sur le futur écrivain de premier roman... (ou la future écrivaine). On lui souhaite de... persévérer.

    FD = France Dimanche ?
    BM = Brigade mondaine (tiens, je vais faire comme Olympe : c'est ça les féministes "post-modernes" !..)

    RépondreSupprimer
  12. Mère Castor : non, c'est juste qu'une fois de plus j'ai pensé à les fermer sous le journal lui-même... mais pas ici ! Et une fois qu'il y en a eu un (Suzanne a dégainé très vite...), je pouvais difficilement les fermer pour les autres.

    Emma : comme il s'agit d'une Indienne, je suppose qu'elle a dû se prendre un pain par Céleste, parce qu'elle ne fraternisait pas assez vite...

    PRR : on n'est pas obligé, hein !

    Lucia : pour éviter cette "gêne", les commentaires sont en principe fermés (voir mon commentaire à Mère Castor).

    Sinon, pour FD et BM : tout bon !

    (Et j'espère qu'Olympe est rassurée...)

    RépondreSupprimer
  13. En outre, si l'on considère, et c'est mon cas, que tous les Français sont chrétiens au plus profond des moelles, qu'ils soient croyants ou non, buveurs d'eau bénite ou bouffeurs de curés,

    C'est marrant ce que vous écrivez là. Mais sachez que je revendique l'antériorité de cette reflexion. Comme beaucoup d'autres j'imagine, mais moi je l'ai formulée souvent sur certains blogs. Peut-être même ici. L'athée le plus féroce est génétiquement chrétien que ça lui plaise ou non, et les droits de l'homme sont d'inspiration chrétienne et sont devenus la religion de ceux qui pensent ne plus en avoir.

    Sinon quel genre de bouquins écrivez vous et sous quel nom?

    RépondreSupprimer
  14. Je ressens ce que vous dites de la filiation entre juifs et chrétiens de façon très juste (philosémite parce que chrétien) dans votre journal du 20 mai. Et c'est vrai que l'antisémitisme de papa, celui de Drumont (la France juive) est mort. Pour laisser la place, du moins chez les chrétiens, au philosémisme de Bloy (Le salut par les juifs).
    Quant à l'antisémitisme des arabes, il n'a pas fini, en effet, de se propager dans "la France musulmane" Et je ne vois pas trop comment écrire "le salut par les musulmans", toute plaisanterie mise à part.

    RépondreSupprimer
  15. en tout cas ce n'est pas nous qui faisions du bruit le samedi soir.
    je crois que je ne vous l'ai pas dit mais en fait c'est tout les 6 mois que se tient cette réunion

    RépondreSupprimer
  16. Et je ne vois pas trop comment écrire "le salut par les musulmans",
    Sauf à apprécier les oxymores bien trempés.

    RépondreSupprimer
  17. Fredo vous êtes un constant rejouissement du cœur et de l'esprit. !!!

    RépondreSupprimer
  18. Bon, c'est lu. C'est trop court. C'est pas plus court que le mous dernier? Pourquoi y'a presque rien sur les lectures? Quand est ce qu'arrive le prochain? On peut lire " ce qui n'est pas publié"? et cetera ...
    Le BM qui se passe à Plieux s'appelle comment?
    Je reflechis pour d'autres questions ;-) là il faut que j'aille corriger le brevet, si!

    RépondreSupprimer
  19. Fredi Maque : je ne pense pas que ce soit une réflexion fort originale ! En cherchant bien, on doit facilement trouver une demi-douzaine (au moins) de types qui l'ont eue avant nous...

    Solko : la filiation semble indéniable, oui. Mais, apparemment, ce n'est pas l'avis de tout le monde. Ou alors, ce serait une sorte de "révolte contre le père" ?

    Olympe : la prochaine fois, essayez de couper au déjeuner (ou au dîner) communautaire, pour que Catherine puisse déployer ses talents de cuisinière à votre profit...

    Geargies : pour la longueur, je vais aller voir sur le document Word. Pour les lectures, je ne sais pas trop : c'est un peu comme ça vient...

    Pour Plieux, il y a en fait DEUX BM qui s'y déroulent. Le premier entièrement : Le Maître de Plieux (N° 279) et l'autre partiellement : Les Filles du château (307).

    Prochain journal (juin) : le 31 juillet.

    RépondreSupprimer
  20. Comment, Olympe veut revenir (si j'ai bien lu son commentaire, sourire) alors qu'elle n'a même pas goûté la cuisine de Catherine ?

    RépondreSupprimer
  21. C'est sympa à lire, presque passionnant; le passage sur les parents qui vieillissent me "parle" beaucoup, je devrais en faire un billet un jour !
    bonne journée !

    RépondreSupprimer
  22. Brigades Mondaines...
    Quelque chose m'échappe et je n'aime pas ça.

    RépondreSupprimer
  23. Mère Castor : je vois deux explications possibles :

    1) une brusque montée de masochisme,

    2) la volonté d'apprendre à Catherine comment me féminiser le parcours de vie...

    Corto : comme dirait Number one : AU BOULOT !

    Fredi : mais qu'est-ce qui vous échappe, au juste ?

    RépondreSupprimer
  24. Je cherche le rapport entre vous et les brigades mondaines (polars).
    A moins que ces dites BM soient une maison d'édition où vous publiez vos romans. (que je n'ai pas la chance de connaître). Bref je suis dans le flou.

    RépondreSupprimer
  25. Fredi Maque : vous êtes sûr que vous l'avez lu, ce journal ? Je ne cesse d'y dire que j'ai enfin commencé à écrire le BM N° 313, que j'ai écrit 20 pages du BM, qu'il me reste un demi-BM à écrire, etc. Ça ne vous suffit pas, comme indices ?

    RépondreSupprimer
  26. Fredi Maque : vous êtes sûr que vous l'avez lu, ce journal ? Je ne cesse d'y dire que j'ai enfin commencé à écrire le BM N° 313, que j'ai écrit 20 pages du BM, qu'il me reste un demi-BM à écrire, etc. Ça ne vous suffit pas, comme indices

    Mais... BM c'est Gérard de Villiers!!!
    Et je le crois beaucoup plus agé que vous!

    RépondreSupprimer
  27. Bon, écoutez, tapez donc "Brigade mondaine" dans Google et cessez deux minutes de m'interrompre dans ce que je fais !

    RépondreSupprimer
  28. Fredo, le nec moins ultra du Net.

    RépondreSupprimer
  29. Hé bé...c'est ce qui s'appelle se faire rembarrer.
    Et Georges qui en remet une couche!
    Enfin...j'ai fini par trouver:

    Dans les derniers mois de 1985, par l'intermédiaire de celle qui allait devenir sa femme et qui était une amie à moi, j'ai eu l'occasion de rencontrer Gérard de Villiers, qui m'a demandé si je voulais écrire des Brigade mondaine pour lui. La raison était que le créateur de la série, Bernard T. souhaitait prendre un peu de champ et que le second auteur ne pouvait à lui seul assurer les huit titres par an.

    Le deuxième auteur en question était Philippe Muray.

    C'est ainsi que, pendant environ dix ans, jusqu'à ce que Muray ait la possibilité de vivre de ses écrits personnels, nous avons, chacun de son côté, assuré les huit, puis dix titres de cette série, sans jamais nous rencontrer. Je crois bien me souvenir que nous nous sommes parlé une fois au téléphone, brièvement, pour régler en quelques minutes une affaire sans importance de remise de manuscrit.
    C'est plus de mon age ce genre de littérature et, dans le passé, j'étais plutôt San A.
    Je vous laisse travailler.

    RépondreSupprimer
  30. Voilà, Goux est le futur Muray !
    Bon, il faut simplement trouver un remplaçant pour les BM maintenant...

    RépondreSupprimer
  31. Bon, il faut simplement trouver un remplaçant pour les BM maintenant...

    Ben j'écrirais bien un épisode des brigades mondaines puisque tout le monde peut le faire. Non pas que M. Goux soit tout le monde, mais enfin c'est bien la première fois que j'entends parler d'une oeuvre écrite à tant de mains. Pour le commun des mortels dont je fais partie, les BM c'est, (c'était) G. De Villiers.
    Même San A. écrit désormais par le fiston me semble une abérration.
    Ceci dit ça ne présente aucun caractère de gravité et les ceussses qui vous liront sur la plage cet été n'y verront que du feu.

    RépondreSupprimer
  32. « Ceci dit ça ne présente aucun caractère de gravité et les ceussses qui vous liront sur la plage cet été n'y verront que du feu. »

    Ouf !

    RépondreSupprimer
  33. Ça ne présente aucun caractère de gravité…

    Vous ne pouvez pas parler simplement, Fredo ? Essayez avec moi : "C'est pas grave". Ou, plus distingué : "Ce n'est pas grave". Vous voyez, on y arrive…

    Vous pouvez aussi essayer le K2B : « TLMSB ».

    (Je vais me recycler dans l'alphabétisation des bêta-bloguants, moi.)

    RépondreSupprimer
  34. Vous ne pouvez pas parler simplement, Fredo

    J'suis naturellement emphatique.
    Mais je vous promets d'essayer.

    RépondreSupprimer
  35. L'emphase, c'est comme le Coran : alternatif, c'est mieux.

    RépondreSupprimer
  36. Fredi Maque vous n'avez jamais lu " le poulpe"? c'est écrit aussi à plusieurs mains, Jean Bernard POUY mais aussi Hervé LE TELLIER par exemple, mais d'autres aussi....c'est très bon aussi.....

    RépondreSupprimer
  37. "Ben j'écrirais bien un épisode des brigades mondaines puisque tout le monde peut le faire. "

    Z'y va, lui...

    Essayez-donc et mettez-le en ligne. Z'allez voir si c'est si facile.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.