dimanche 6 juin 2010

Pas cons, ces Américains...

Depuis le 11 septembre 2001, les Américains ont en partie réorienté leur stratégie d'influence vers les leaders musulmans des pays occidentaux. Une démarche renforcée par l'élection de Barack Obama. "Notre volonté est d'identifier les futurs leaders français, ceux qui pourront émerger, ceux qui seront amenés à prendre des responsabilités", explique Lora Berg, attachée culturelle de l'ambassade. "Les Américains misent sur un changement socio-démographique en France, complète le chercheur Vincent Geisser, 42 ans, spécialiste de l'islam, parti aux Etats-Unis fin 2009. Ils font le calcul que les élites françaises, aujourd'hui âgées et blanches, vont forcément évoluer, et identifient ceux qui, aujourd'hui en périphérie du système, pourront être demain des leaders."

Voilà ce qu'on peut lire, entre autres, dans un article du Monde.fr, sobrement et délicieusement intitulé Washington à la conquête du “9-3”. On pourra reprocher ce qu'on veut aux Américains, mais pas de manquer de lucidité pour ce qui concerne leurs alliés présents et futurs. Ils savent déjà, apparemment, avec qui ils devront négocier demain et ils s'y préparent avec un entrain qui fait plaisir à voir. Nous, pendant ce temps, on cause de la retraite, de la Sécurité sociale et de la candidature socialiste de 2012. C'est très bien, continuons...

108 commentaires:

  1. Ces articles ne disent qu'une seule chose: nous sommes morts.
    Il y aura bien sûr toujours un peuple français, mais il n'a déjà plus rien à voir avec le décor dans lequel il évolue. Et je ne comprendrai jamais comment et pourquoi on a laissé faire celà. Tout ce que je soupçonne c'est que le grand capital avait tout intéret à ce remplacement des peuples et que nos élites sont paralysées par une faute historique dont nous ne sommes pas responsables: la shoah.
    Quoiqu'il en soit le résultat est là: le peuple français disparait et sa civilisation avec.
    Je trouve que l'on a laissé faire une forme de crime contre l'humanité.
    Bon Dimanche quand-même.

    RépondreSupprimer
  2. @Georgies:
    J'ai parcouru le site de Camus brièvement ce matin et y retournerai plus tard.

    RépondreSupprimer
  3. Ce qu'il reste du peuple français est dans les hospices de vieux.

    RépondreSupprimer
  4. Et donc le "tiroir à chaussettes France d'après" est bien choisi.

    RépondreSupprimer
  5. C'est ce que ça semble dire, en effet.

    RépondreSupprimer
  6. Fredi maque a raison:
    nous sommes victimes d'un génocide et je doute que nos vainqueurs doivent un jour en rendre compte.

    "Ils savent déjà, apparemment, avec qui ils devront négocier demain et ils s'y préparent..." dit Didier.
    Non solum... sed etiam.
    Non seulement ils savent, mais tout est à leur instigation. Il faudrait remonter à notre décolonisation en Afrique, bien sûr, mais plus proche de nous, le bel ensemble de l'UE avec les USA contre la Serbie et contre les Serbes du Kosovo en témoigne. Tout ce qui favorise l'entrée de l'islam en Europe, tout ce qui tue l'Europe, est bon pour les Etats-Unis. prochaine étape, l'entrée de la Turquie. "Jamais" jurait Sarko, la bouche en coeur. Tu parles! Il voudra faire plaisir a son "grand ami" Obama.
    Oh et pis moi je dis ça...Je dis beaucoup de conneries, comme dirait mon ami Corto^^

    RépondreSupprimer
  7. nous sommes victimes d'un génocide
    Je trouve.
    Et qu'il est été orchestré sans effusion de sang ne le rend pas plus excusable.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. ...et même qu'il SOIT orchestré, parce qu'il n'est pas terminé. La bête palpite encore.

    RépondreSupprimer
  10. C'est qui nous ?
    Vous êtes qui ?

    RépondreSupprimer
  11. ça, j'en suis également persuadée.....nous sommes victimes d'un terrible génocide, comparable à celui des indiens d'amérique....nous allons finir dans des réserves.....

    RépondreSupprimer
  12. tzatza, nous sommes ceux qui palpitent encore.

    RépondreSupprimer
  13. C'est qui nous ?
    Vous êtes qui ?


    Un peuple finissant, européen et de culture chrétienne, celui qui a bâti tout ce qui vous entoure et que vous aimez, dont la littérature a longtemps rayonné.
    Qui impressionnait le monde avant que le monde ne l'impressionne.

    RépondreSupprimer
  14. Soit et qui vous empêche d'être encore chrétien ? Qui vous empêche de bâtir ? Qui vous empêche d'écrire ?
    Personne à part votre propre médiocrité.

    RépondreSupprimer
  15. Tiens, j'ai oublié de mettre mon blaze ci dessus.

    RépondreSupprimer
  16. Personne à part votre propre médiocrité.

    Ma médiocrité ne peut se satisfaire de ce monde.
    Mais elle n'insulte personne.
    C'est tout.

    RépondreSupprimer
  17. Le véritable génocide, c'est celui de Georges qui agonise sous en vos yeux en direct-live. Chanceux, va !

    RépondreSupprimer
  18. Non, je ne vous pas insulté, je vous ai encouragé à briller de la lumière que vous souhaiteriez voir.
    Si votre digne personne ne se satisfait pas de ce monde ci, je l'encourage à donner l'exemple afin d'en construire un neuf.
    Il y a quelqu'un qui est passé il y a 2000 ans pour ouvrir la voie mais peu sont ceux qui le suivent, pourtant beaucoup s'en réclament.

    RépondreSupprimer
  19. C'est exactement ce que je m'apprêtais à écrire. Mon billet est à la poubelle.

    RépondreSupprimer
  20. Sont trop forts ces ricains, toujours un temps d'avance, il semblerait et pragmatiques, pragmatiques avant tout, un peu comme les chinois d'aileurs !

    Bon quant à être victime d'un génocide, faudrait voir à pas pousser.

    RépondreSupprimer
  21. Génocide me paraît également très exagéré (et surtout un peu trop mis à toutes les sauces). Colonisation me semble parfait. Ou contre-colonisation, comme le proposent certains.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Didier.

    Pour être tout à fait honnête, j'ai à peine survolé votre note et je n'ai pas lu l'article du Monde.fr. Mais j'aime beaucoup votre titre, 6 juin oblige sans doute.

    RépondreSupprimer
  23. Et ils sont clairvoyants les américains, Didier, comme le montre la manière avec laquelle ils ont su brillamment se prémunir des attentats du 11 septembre.

    Et vous dites qu'ils savent mieux reconnaitre que quiconque leurs futurs alliés ? Si c'était le cas, ils seraient parvenus sans mal à identifier leurs ennemis, croyez pas ?

    Mais mes pauvres amis, il n'y a pas plus cons et à coté de la plaque que les américains. Ils se plantent sur tout depuis plus d'un siècle maintenant.

    Enfin, heureusement que vous avez fait ce billet. Grace à vous, j'ai pu lire les brillantes interventions de Fredi Maque et autres Carine. Et ça vaut son pesant de cacahuètes !

    Je propose que ces deux là - qui ont tout pour s'entendre - entreprenne la rédaction d'un essai. je leur propose un titre :

    "Le Génocide en chantant"

    RépondreSupprimer
  24. "et de culture chrétienne, "

    Encore une expression de ce genre et le chrétien (le catholique) que je suis, non pas de culture, mais de FOI, de RELIGION, de CONFESSION met de coté quelques instants son amour du prochain pour aller balancer des grenades...

    Vous ne voyez donc pas que VOUS êtes précisément les fossoyeurs de ce monde. Au lieu de faire fructifier l'héritage, vous l'avez muséifié et vous le contemplez comme si il n'y avait plus rien à faire.

    RépondreSupprimer
  25. En général vous êtes circonspect sur les articles de journaux, plutôt critique même, d'où qu'ils viennent. Ici, non!
    Est-ce parce que celui-ci va dans le sens de vos idées?

    RépondreSupprimer
  26. Génocide par métissage obligé et donc disparition des blancs.
    C'est nous qui nous assimilons et nous diluons, de notre plein gré. Enfin quand je dis nous, c'est au sens large.

    RépondreSupprimer
  27. Quant à Dorham et ses sarcasmes, il doit bien savoir où je me les mets.

    RépondreSupprimer
  28. Carine,

    Pas dans les oreilles apparemment, ça vous éviterait de continuer à dire des conneries...

    RépondreSupprimer
  29. Regardez donc Arte. Reportage intéressant sur l'Afrique du Sud en ce moment-même.

    RépondreSupprimer
  30. Et mes conneries, je ne les dis pas par les oreilles. Qui parle de conneries?

    RépondreSupprimer
  31. Enfin, heureusement que vous avez fait ce billet. Grace à vous, j'ai pu lire les brillantes interventions de Fredi Maque et autres Carine. Et ça vaut son pesant de cacahuètes !

    C'est bien beau l'invective mais ça n'a jamais été une argumentation.
    Si nous disons des conneries, ce qui après tout est possible, encore faut-il nous dire en quoi.
    Curieux comme certains billets ont le don d'énerver le lecteur...

    RépondreSupprimer
  32. Oui, c'est puant de suffisance.

    RépondreSupprimer
  33. Curieux comme vous avez la lecture sélective, Fredi, un de mes arguments - choisis parmi d'autres - figure dans le commentaire d'en dessous.

    ---

    Carine,

    Entendre un argument par l'oreille / répercuter ce que l'on comprend avec ses propres mots (éviter de dire les mêmes conneries plusieurs fois de suite). Toi comprendre le concept ou ceci être trop "puant de suffisance" ?

    Enfin, je ne vous ai pas invectivé, ni l'un ni l'autre. Je me suis (plutôt) gentiment moqué de vous. Je vous aurais invectivé, j'aurais dit : "vous êtes deux cons".

    Cela dit, je le pense également.

    RépondreSupprimer
  34. Dorham
    Vous semblez faire partie de ces gens pour qui tous ceux qui ne pensent pas comme eux sont des cons.
    C'est ce que j'appelle "suffisance", et j'édulcore.
    Cela dit, je brise ici cette querelle. Je n'ai pas que ça à faire.
    Et puis je quitte ce blog (pour la Nième fois, c'est vrai) où on se fait rentrer dedans dès que l'on ose émettre un avis. C'est totalement vain...
    Je me demande de quel droit vous vous moquez (c'est vous qui le dites) de commentateurs d'un blog qui n'est pas le vôtre.
    Et puisque le taulier trouve ça très bien, je n'ai rien à ajouter.

    RépondreSupprimer
  35. Trois, c'est suffisant pour monter un courant de pensée... Ou un groupe facebook :

    Ceux qui pensent que les européens subissent un génocide.

    RépondreSupprimer
  36. Dorham, vous êtes un mufle. Boutfil ne vous a rien demandé.
    Un mufle doublé d'un ... bref.
    VOUS êtes le 3ème.

    RépondreSupprimer
  37. Dorham, je pense que nous sommes un paquet à le penser.
    Mais cela ne semble pas vous concerner.
    Fin de l'échange.

    RépondreSupprimer
  38. "Je me demande de quel droit vous vous moquez (c'est vous qui le dites) de commentateurs d'un blog qui n'est pas le vôtre."

    Vous avez raison.

    1 - A ma décharge : ici, on se moque tous un peu les uns des autres. Quand on ne se frite pas. C'est du sport, voilà tout. Il est arrivé que ce cher Didier me fasse l'honneur de m'inclure de temps en temps dans des billets au ton plus que moqueur. Je ne m'en suis pas offusqué.

    Georges qui traîne ici se fout également de ma gueule quand l'envie lui prend. Et alors ? Je ne vais pas pleurnicher.

    Deux - vous avez raison, je ne suis pas chez moi et je n'ai pas - ni par mes propos ni mon comportement - à exclure quiconque ici.

    Trois - Je suis en général de ceux qui débattent interminablement. Mais vos commentaires d'aujourd'hui sont tellement exagérés, grandiloquents que je n'ai pas résisté, c'est vrai, à me moquer.

    Allez, j'arrête.

    RépondreSupprimer
  39. Et je me demande en quoi le fait que les Américains fassent des prospectives (c'est leur droit)sur la démographie et les leaders ce ce pays, empêcherait les Français de se poser des questions sur la sécurité sociale, sur la retraite et les candidatures pour 2012.
    Devrions nous,nous poser seulement les questions qui les intéressent à eux? Qui concernent leurs propres intérêts.
    Vous pensez que les Américains ne se posent pas aussi ce genre de question, vous avez, me semble-t-il une piètre idée d'eux.

    RépondreSupprimer
  40. DORHAM, l'inénarable boutfil vous salue bien......

    RépondreSupprimer
  41. Tout ça va finir en partouse, je le sens.

    RépondreSupprimer
  42. Mais vos commentaires d'aujourd'hui sont tellement exagérés, grandiloquents que je n'ai pas résisté, c'est vrai, à me moquer.
    Exagérés...grandiloquents....faut voir.
    Et puis vous ne dites pas comment vous la voyez la situation de ce pays.
    M. Goux a suggéré l'euphémisme "colonisation". Moi ça me va vu qu'à terme celà signifie la même chose. Mais vous, en dehors de jugements sur notre santé mentale, n'avez rien dit.

    RépondreSupprimer
  43. "Tout ça va finir en partouse, je le sens."

    Mauvaise idée, je suis trop bien doté, ça va faire des jaloux.

    RépondreSupprimer
  44. "Et puis vous ne dites pas comment vous la voyez la situation de ce pays."

    On est dans la merde. Je me tâte encore pour identifier mon bouc émissaire.

    RépondreSupprimer
  45. Je me tâte encore pour identifier mon bouc émissaire.

    Il n'y a pas de boucs émissaires; juste de mauvais choix politiques.
    Mauvais choix pour la collectivité, exellents pour une minorité de profiteurs.

    RépondreSupprimer
  46. Tiens? J'aurais mis un z à partouse mais c'est plus joli avec un s.

    RépondreSupprimer
  47. Tiens? J'aurais mis un z à partouse mais c'est plus joli avec un s.

    Et moi deux "r" à inénarrable.
    Mais c'est très joli aussi avec un seul.

    RépondreSupprimer
  48. Mais pourquoi vous chamailler ? Les Américains cherchent à rester les maîtres du monde. et, le cherchant, ils prennent la mesure de l'Europe. Du coup,ils essaient de savoir avec qui ils vont avoir à parler demain. Et ils commencent à parler avec eux dès aujourd'hui : c'est logique.

    Dorham : vous ne dites rien, désolé. Vous ne voulez pas voir ce qui va vous arriver, à vous et, surtout, à vos enfants. C'est dommage. Vous commencez à ressembler à une sorte de munichois, de Céleste au masculin. Tznt pis pour vous et les vôtres.

    RépondreSupprimer
  49. Bonsoir,

    Quelques remarques si vous permettez :

    - les Américains se créent des honorables correspondants, ils l'ont toujours fait et il serait dommage pour eux de ne pas avoir de relais dans les milieux musulmans français. Rien n'a changé sous le soleil, il suffit de se souvenir de l'intérêt porté à la contre-culture française par des gens comme l'ambassadeur Sargent Shriver en 68.

    - les Français sont obnubilés par leur Sécu et leurs retraites, c'est vrai que l'Obamacare et la question des retraites des salariés des grands groupes (GM...) n'ont pas du tout défrayé la chronique de l'autre côté de l'Atlantique...

    - Vincent Geisser n'est franchement pas tout blanc, il s'est retrouvé dans le collimateur du fonctionnaire de défense du CNRS il y a un an (http://www.telerama.fr/idees/vincent-geisser-un-specialiste-de-l-islam-sous-haute-surveillance,43918.php)

    RépondreSupprimer
  50. Entre la bisounourserie aveugle (ya pas d'problème, sauf Sarkozy), ceux qui appellent la Charia de leurs voeux (t'façon, not'monde blanc est pourri) et ceux qui veulent prendre les armes pour virer tous les non-gaulois... je me sens un peu larguée.

    Quelles sont les solutions possibles pour vivre en paix? Qu'est-ce que propose la gauche pour remédier aux problèmes que cause l'islamisation et l'immigration en France? à part de belles paroles et l'injection de fric pour acheter un semblant de paix sociale... Qui a envie de vivre dans des quartiers où l'on demande aux flics de ne pas poursuivre les dealers, les voleurs de voiture, où les femmes ne peuvent pas sortir, où l'on ne dénonce pas les violeurs sous peine de représailles ?

    RépondreSupprimer
  51. (aux problèmes que causeNT, etc, pardon)

    RépondreSupprimer
  52. Jacques Etienne6 juin 2010 à 22:38

    Je suis heureux d'apprendre que "Le Monde" dit autre chose qu'un ramassis de conneries. C'est un changement radical et encourageant.

    J'admire votre style, M. Goux. Comme je déplore votre mentalité de perdant. On est colonisés. On va être remplacés. Si vous avez raison, ce ne sera que justice. Les conquérants prennent forcément le pas sur les loosers.

    RépondreSupprimer
  53. "Vous commencez à ressembler à une sorte de munichois, de Céleste au masculin. Tznt pis pour vous et les vôtres."

    N'importe quoi... Décidément, aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  54. Au sens de l'Histoire du XXéme siècle, je garde un sacré respect pour les américains.(et les canadiens). En fait, pour le pauvre type qui est enterré au bout de mon jardin depuis septembre 1944 à l'âge de 17 ans. Mais je considère l'Amérique comme un pays d'abrutis. Surtout en politique. Et étrangère. Et française... J'ai plus envie de miser sur un rapport de force avec les pays d'Afrique du nord et asiatiques. L'Orient écrasant l'Occident. Quand je vois ma petite ville, où Céline voulait mourir car il n'y a rien à faire, envahie par les chintoks et les bougnioules, je me dit qu'on a perdu et qu'il faudra bien faire avec. ça m'emmerde mais bon... Au moins ils essaient de relancer les finances du petit commerce. Et je peux picoler même à 1 heure du mat'. C'est pas les boubourges et les prolos qui proposeraient ça. Non. Ils veulent enterrer ces salops ! Alors les amerlocs et leurs idées...

    RépondreSupprimer
  55. Bon bah tout le monde est couché... Moi, mes idées, mes dires, et mon blog... Faut que j'arrête... Mais j'suis peut-être un peu américain...
    Va savoir, biloute.

    RépondreSupprimer
  56. Bordel ! Je m'absente une vingtaine d'heures et il y a 62 commentaires, ici.

    C'est le bordel.

    RépondreSupprimer
  57. Nicolas : il vient de m'arriver la même chose ! J'ai tout relu mais pas le courage de répondre à chacun...

    Donc, juste ceci, à tous : je confirme une nouvelle fois qu'on a le droit, ici, de se moquer les uns des autres. Amen.

    RépondreSupprimer
  58. Revenons aux vrais sujets, s'il-vous-plait : faut-il un z ou un s à "partou*e" ?

    RépondreSupprimer
  59. Je viens de lire cet article mis en lien, ce qui est assez étonnant est que je n’en tire pas les mêmes conclusions que vous : l’approche américaine est quand même sacrément astucieuse : si ces personnes sont considérées comme un problème en France, au mieux comme un sujet sérieux dont il faut parler compassé et grave, et qu’elles vues par ailleurs comme un potentiel d’avenir par un représentant du gouvernement américain, vous m’étonnez qu’elles s’enthousiasment comme des malades sur les USA, c’est sacrément humain d’être valorisé ! Et c’est malin ce passage du rôle du « Grand Satan » au « Grand Frère » qui donne sa chance.

    Bah, le système français (je pense surtout à l’entreprise en disant ça) est rigide, frileux, basé religieusement sur le diplôme, il n’y a pas que les jeunes qui en soufflent, mais aussi les vieux (comprenez passé 50 ans), etc. Ce n’est même pas une question de doctrine, de gauchisme, tout ça, cela en devient un problème de bon sens, de management, on a vraiment l’impression qu’on marche à l’envers.

    A la limite, je comprends qu’on nourrisse un gros ressentiment sur les jeunes qui caillassent des bus, mais quand le jeune est diplômé, compétent, là je ne comprends pas trop la raison de se priver d’une telle ressource, il y a vraiment des fois, j’ai constaté, que notre organisation est contreproductive.

    RépondreSupprimer
  60. (partouz est un roman de Yann Moix, j'aurais donc tendance par réflexe à mettre partouse pour le coup).

    RépondreSupprimer
  61. On peut résoudre le problème de la façon suivante.

    Josiane s'apprête à faire l'amour en réunion. Elle s'apprête à se faire tringler "par tous". Un "s" donc.

    RépondreSupprimer
  62. PartouZe, en ce qui me concerne. Mais sans le moindre argument un tant soit peu pertinent.

    RépondreSupprimer
  63. Balmeyer : mais je ne me suis nullement étonné que ces gens s'enthousiasment pour l'Amérique ! Ce qui m'a intéressé c'est ce “mouvement de drague” des Américains envers eux.

    RépondreSupprimer
  64. J'ai toujours écrit partouze, mais je ne sais pas, depuis hier, un grand changement s'est opéré dans ma vie, et je crois que je vais définitivement adopter partouse. Ça me fera des allocs.

    RépondreSupprimer
  65. à Didier:
    "Donc, juste ceci, à tous : je confirme une nouvelle fois qu'on a le droit, ici, de se moquer les uns des autres. Amen"

    N'importe quoi... Décidément, aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  66. Carine,

    N'importe quoi, c'était hier. Faut pas confondre avec le lendemain.

    RépondreSupprimer
  67. Carine, ce n'est pas vous qui avez laissé dernièrement, ici même, un soyeux "mais où donc est passé jojo ?", qui semblait invoquer la force vengeresse de Georges pour régler leur compte à certains commentateurs ?

    Dorham avant, et Didier aussi, ont raison : je n'aime pas la moquerie, mais quand on fait - comme nous tous - le clown dans les commentaires, il ne faut pas trop non plus se plaindre aux retours de manivelle...

    RépondreSupprimer
  68. mais quand le jeune est diplômé, compétent, là je ne comprends pas trop la raison de se priver d’une telle ressource,

    Avec ça on peut être d'accord. Mais ça ne justifie pas l'exploitation scandaleuse des clandestins, ça ne justifie pas les taux de chomage ahurissants dans les banlieues.
    Et surtout, ça ne justifie pas la contre-colonisation.
    Pour Camus ce sera donc "Repertoire" qui me fera découvrir le bonhomme.

    RépondreSupprimer
  69. Vous croyez qu'on va avoir de l'orage ?

    RépondreSupprimer
  70. Carine, Georges t'aime ! D'ailleurs Georges est amour.

    RépondreSupprimer
  71. Nicolas a dit...
    Vous croyez qu'on va avoir de l'orage ?
    Fatalement...

    RépondreSupprimer
  72. Et puis il y a l'identité nationale. Qui n'est ni un vain mot, ni un gros mot.
    Répliques avec Marcel Détienne et Denis Tillinac.
    Merveilleux Denis Tillinac qui rétablit un peu de bon sens.
    http://www.franceculture.com/emission-repliques-retour-sur-l-identite-nationale-2010-06-05.html

    RépondreSupprimer
  73. @Balmeyer:
    Je n'attendais pas de Georges qu'il manifestât ses compétences vengeresses! Je m'inquiétais juste d'un silence de plusieurs jours, si mes souvenirs sont exacts.
    Je ne sais plus dans les commentaires de quel billet et j'ai la flemme de chercher.

    De toute façon, on a le droit de se moquer les uns des autres, mais un silence prolongé d'untel ou unetelle ne fait ni chaud ni froid à quiconque, sauf peut-être à Didier et surtout à Catherine.
    Par exemple, où est passé Yanka? quelqu'un sait? Un moment qu'on ne l'a pas lu ici, ni ailleurs...
    En disant cela, je n'attend pas de Yanka qu'il venge quiconque aura eu le malheur de déplaire à Dorham ou à vous-même.
    Simplement, je m'inquiète du silence de gens qui me semblent être peu ou prou sur ma longueur d'onde. On est déjà peu nombreux, mieux vaut éviter de passer sous les échelles...
    Mais c'est vrai que tout cela est bien artificiel, quand on ne connait pas les personnes "pour de vrai".
    Donc, mordons-nous au mollet, mais sans moi.

    J'avais envie de dire un truc à Suzanne, sur "la paix", mais je pense que ce n'est pas la peine. Seulement la brancher sur le dernier bouquin de Zemmour, où il traite aussi des pacifistes dans l'Histoire.
    Bonne soirée à tous et bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  74. Carine, Yanka est particulièrement occupé en ce moment, il ne lui arrive que du bien, ne vous inquiétez pas. Comme c'est sa vie privée, je n'en dirai pas plus.
    Et puis ne partez pas, nous ne sommes déjà pas nombreuSES, laissez les dire...

    RépondreSupprimer
  75. Merci Catherine, c'est tout à fait gentil :)

    RépondreSupprimer
  76. Allez, Carine, sans rancune, vraiment.

    RépondreSupprimer
  77. Raaah, mais Carine, le "silence qui fait ni chaud ni froid", vous me dites ça, alors que je suis seul au monde à me souvenir de iPidi BLue, par exemple...

    RépondreSupprimer
  78. Je vous demande bien pardon. PD manque souvent.

    RépondreSupprimer
  79. Ah, moi aussi je le regrette sur ce blog.

    RépondreSupprimer
  80. Oui iPidi est un traître, j'ai entr'aperçu sa griffe sur un blog (je crois chez Brighelli), et j'ai pensé : il n'est pas mort, et pourquoi il ne vient plus chez Didier ,

    RépondreSupprimer
  81. Alors, pour ce qui concerne iPidiblue : après avoir passé une grande partie de ses journée sur ce blog, il a décidé de n'y plus venir parce que son auteur est un con. Il n'a pas forcément tort. J'avais, à l'époque, trouvé qu'il avait mis bien longtemps à s'en apercevoir, mais enfin c'est, comme on dit, son problème.

    À la suite de cette "désertion" (qui n'en est évidemment pas une), on avait assisté à une sorte de réconciliation fugitive entre lui et Georges, sur mon dos évidemment – mais le dos était assez large pour deux.

    Je continue à lire le blog d'iPidiblue (qui ne s'appelle pas iPidiblue) et aussi celui de Georges quand il existe. Le reste est sans intérêt.

    RépondreSupprimer
  82. Carine, je vais vous dire un dernier truc, avant de passer à autre chose, suite à réflexion. A la base, je n’aime pas la moquerie, c’est mal. Je l’ai crié sur tous les toits : si on veut avoir une discussion passablement humaine dans « léblogs », il faut un minimum de bienveillance. Sinon, effectivement, on peut faire dans le sarcasme ou le militantisme taré ou l’insulte, c’est une perte de temps.

    Mais.

    Il y a un truc particiulier que j’aime bien chez Didier, en fait plutôt dans les commentaires : c’est l’aspect tête brulée, franc tireur, déjanté. Le côté stock-car, jeu de massacre, partouzien. C’est pas tant un plaisir de s’encanailler, c’est surtout qu’il y a un cachet assez « libre » que j’apprécie, un ton qui n’est pas si fréquent que ça dans d’autres blogs, qui change, qui a un certain attrait, c’est toujours piquant de s’y frotter. Comme je le disais à Dorham, il y a quelques mois, parfois le blog, c’est comme le service militaire : on y rencontre des gens qu’on ne croise pas dans la vraie vie. Ainsi, j’ai pu cottoyer des missionaires trotskystes, des allumés poéto-nazis, des agriculteurs pétomanes, bref, de tout.

    Si vous aimez vraiment le blog de Didier Goux, ce n’est pas une bonne idée de réagir ainsi, à mon avis. Vous allez appuyez sur l’idée « qu’entre vous », il faut être absoluemnt doux, tout en souhaitant très tranquillement une mort lente et douloureuse pour vos adversaires politiques. Ce genre de pratique, c’est le truc qu’on rencontre partout, chez les gens avec qui « on ne peut pas discuter ». Vous ne voudriez pas banaliser le blog de Didier, non, Carine ? Parce qu’il y a ce paradoxe délicieux ici, qui me fait éprovuer de l’affection pour le taulier, c’est que chez ce blogueur réactionnaire nazi beurk, on y est accepté comme on est, à la limite du bisounoursime. Etonant, non ? Allez, bisous.

    RépondreSupprimer
  83. Ah bien mais... Me voilà impatronisé Bisounours ! On aura tout vu ici !

    (Mais c'est pas faux, comme dirait l'autre...)

    RépondreSupprimer
  84. En fait, je suis pour que tout le monde s'aime, mais uniquement à coups de chaîne de vélo.

    RépondreSupprimer
  85. Wep, pareil que Balmeyer. Hommage au blog de Didier pour les mêmes raisons.

    Carine: le peu que j'ai lu de Zemmour (extraits de "Petit frère", tentative de "Mélancolie française") ne m'a pas emballée. Je le préfère à l'oral. (je ne parle que du style)

    RépondreSupprimer
  86. Balmeyer, je vais sans doute vous étonner, mais je suis complètement d'accord avec vous.
    Oui, j'aime le blog de Didier Goux et j'apprécie les commentateurs.
    Simplement, je prend la mouche trop vite. Je sais que c'est grave!
    On peut dire que c'est un mauvais caractère la Carine!
    Mais pas tant que ça, puisqu'elle revient toujours...
    Et il m'aura fallu plusieurs mois pour comprendre la formule du taulier:
    "En fait, je suis pour que tout le monde s'aime, mais uniquement à coups de chaîne de vélo."
    C'est vrai qu commenter ici, c'est en prendre plein son ego, mais c'est si bon !
    Biz aussi.

    RépondreSupprimer
  87. Ils se paient ma tête chez Nicolas, les duettistes...

    RépondreSupprimer
  88. Ben oui ! :) Mais c'était ça qui m'a donné l'idée de vous répondre, c'est ça l'amour vache.

    RépondreSupprimer
  89. Je quitte définitivement ce blog!
    Jusqu'à ce soir.
    Je vais bosser, moa monsieur!

    RépondreSupprimer
  90. Ca vous fait un point commun avec Dorham, qui quitte définitivement ce blog tous les soirs. Comme quoi, tout peut arriver.

    RépondreSupprimer
  91. Faux, je ne quitte jamais ce blog, j'ai engagé des petits vietnamiens pour le lire en mon absence et des petits sénégalais pour y commenter en mon absence, ce qui explique pourquoi, de temps en temps, il m'arrive d'être pro-tiers-mondiste.

    RépondreSupprimer
  92. Un lecteur de Didier a bien dit de moi sur ILYS : « après les Bienveillantes, les Vigilantes ». Vous voyez, j’en ai chié.

    RépondreSupprimer
  93. C'est drôle cet emploi du féminin pluriel, j'ai failli te mettre en garde contre la bienveillance à outrance : ça a tendance à faire pousser des nichons.

    RépondreSupprimer
  94. Dorald, je te laisse car on pas mal occupé : moi j’ai du boulot, et toi un billet à faire.

    RépondreSupprimer
  95. Revenez tous à partir de cinq heures et demie : y aura des madeleines et du pâté...

    (Et c'est pas une promesse de Gascon !)

    RépondreSupprimer
  96. Balmopat,

    Esclavagiste !

    ---

    Didier,

    Proust et CSP ?

    RépondreSupprimer
  97. Et puis heureusement qu'on est quelques gauchisses à venir commenter à l'occase chez Pépère Pervers, sinon les commentaires ici seraient d'un chiant...

    RépondreSupprimer
  98. Trub,

    RENTRE A LA MAISON. Chez les leftblogs. Bordel.

    RépondreSupprimer
  99. Chouchou tu sais que j'adore m'encainailler de temps en temps. Me faire karchériser aussi à l'occasion alors me faire chainedevelotiser tu imagines ;-)

    RépondreSupprimer
  100. Vous venez vous faire chainedevélotiser? Mais vous n'y pensez pas! Faut être intimes pour se foutre sur la gueule^^

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.