mercredi 9 juin 2010

Comment je me suis fait interdire de Céleste (mais je suce des pastilles pour combler le manque)

À Suzanne, en m'excusant de la rapprocher si fort de mon illustration.

La dame avait fait un petit billet parfaitement sans queue ni tête (mais il est vrai qu'elle n'a elle-même ni l'une ni l'autre), un gloubi-boulga où apparaissaient dans le désordre l'équipe de foot française (facile à reconnaître : c'est celle qui se fait éliminer au premier tour et où il n'y a que des Africains dedans), les méchants Finkielkraut et Lévy, la sarkozienne (horresco referens) Rama Yade – et en filigrane les gentils Palestiniens et toutes les victimes des ignobles blancs que nous sommes. La routine, quoi. Saisi d'un prurit malicieux, je laisse le commentaire suivant (à propos de Rama Yade, censée être le sujet principal de notre derviche tourneuse) :

Vous ne diriez pas ça si elle n’était pas femme et noire. Je trouve votre racisme larvé absolument ignoble.

Je ne dis pas que la moquerie est d'un niveau très relevé, mais enfin, il faut bien ricaner un peu et, de temps en temps, pisser au pied des statues des vierges-martyres. Sainte Blandine me répond ceci :

@D.Goux

Tout compte fait vous m’avez assez amusée. Je me suis lassée de vos pitoyables pitreries, de votre prétention, de votre bêtise sur laquelle vous tartinez des bribes de culture.

Ce commentaire, stupide , pas même drôle sera le dernier de votre part toléré sur ce blog.

And now, via!


On notera le “D.Goux”, hein. Pas Didier Goux, non : D.Goux. “Ça” dit beaucoup, je trouve... Là-dessus, arrive un Papy Joker (savourez lentement et voluptueusement ce pseudo...). Qui fait sa courbette à la goule :

Merci de nous dé-Goux-ter

L'a de l'humour, le papy bavochard. Et on sent que, ravi de son audace, il a dû en inonder ses braies. Là-dessus, la Miss Thatcher taulière se laisse aller au lyrisme :

Oui, ça fait du bien, merci de l’apprécier :-)

Pendant des mois j’ai observé, j’ai suivi à la trace la parole haineuse, raciste, réactionnaire.
J’en ai assez lu, assez vu.
Je sais maintenant que la diffusion du pire, de ce discours d’extrême droite qui maintenant se veut lettré, repose sur la complaisance de beaucoup.

Complaisance, c’est bien ça.
Pour un lien, virtuel ou non, on cautionne, on oublie, on excuse les appels à la haine et à la mort.

Et oui, d’aucun(e)s souhaitent me voir égorgée et l’écrivent, fiérot(e) de leurs bons mots.

Certains applaudissent, persifflent, rajoutent leurs crachats.
D’autres minaudent et excusent.
D’autres encore ne voient pas ne comprennent pas ne savent pas.

« Il n’y a de pire sourd que qui ne veut entendre » dit la sagesse populaire.

Mais peu importe, s’il convient de tenir à l’œil les fâcheux fachos il ne s’agit pas non plus de leur accorder une importance qu’ils n’ont pas.

Le monde passéiste et figé auquel ils aspirent est foutu. Ils auront beau gesticuler, éructer, menacer, comploter cela ne servira à rien.

L’occident a déjà perdu cette suprématie vaniteuse et injuste qui a condamné à la misère une bonne partie de la population mondiale.

Tant mieux. La roue tourne.

Et qu’importent aussi les pleutres, les niais complaisants, les girouettes et les bas-du-front-plus-bêtes-que-méchants qui se rallient à qui les flattent, il y en a toujours eu. Il suffit de regarder ailleurs pour ne pas les voir. Ils existent si peu!

Elle est pas belle, notre blogovie ? Même Number One se morfle une petite droite au passage ! On pourrait reprendre chaque phrase et la passer au crible (je l'ai fait pour moi-même : ça vaut le coup...). Mais, là, je peux pas, j'ai télé : un documentaire méga-génial sur la glorieuse légion Charlemagne, ces impérissables combattants du Reich immortel...

47 commentaires:

  1. Laissez les dire laissez les braire.
    Si nous sommes les cocus de l'histoire ils le sont autant que nous.
    Sauf qu'eux l'ignorent encore.

    RépondreSupprimer
  2. Cette dame a été en plus ridiculement désagréable avec Suzanne, et question humour il n'y en pas, alors... ciao et basta.

    RépondreSupprimer
  3. Aussi, quelle dose surhumaine de courage ou de désespoir vous aura-t-il fallu pour causer à de tels phénomènes de foire ? Je ne cause plus aux traîtres, ni aux tordus, ni aux folles, c'est encore plus con, crevant et contre-productif que de pédaler sur une dynamo débranchée. La seule manière utile et satisfaisante d'échanger avec ces êtres, c'est de rédiger ses insultes sur une matraque.

    RépondreSupprimer
  4. "Et oui, d’aucun(e)s souhaitent me voir égorgée et l’écrivent, fiérot(e) de leurs bons mots."
    Elle ne sait pas lire?

    RépondreSupprimer
  5. Un morceau d'anthologie pour ce qui est du suicidaire, cela dit.
    La dame ne voit rien venir!
    Je ne sais pas quelle est sa capacité de déception, de désillusion. Mais on peut prévoir que sa conversion est proche, sinon déjà faite.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Où pouvons nous lire cette prose?

    RépondreSupprimer
  8. pfufffff!!! faut pas discuter avec les cons, ça les éduquent......

    RépondreSupprimer
  9. Ah ben je l'ai trouvé tout seul finalement.
    de ce discours d’extrême droite qui maintenant se veut lettré
    Mais...
    Il l'a toujours été!!
    Extrème droite...elle a des outils bien émoussés.

    RépondreSupprimer
  10. "de ce discours d’extrême droite qui maintenant se veut lettré"

    Formidable aveu de haine et de mépris, qu'on commence très logiquement à lire de plus en plus fréquemment sous la plume des grandes consciences de la gauche modernolâtre. De tout le petit laïus avilissant pour l'esprit que vous citez, c'est ce passage qui compte le plus.

    Car le pire, au fond, tout au fond, dans le fond obscur et cafardeux, pour ne pas dire obscurantiste, de la pensée vagissante de ces illuminés (et je suis poli...), ça n'est pas d'être un "facho". Le pire, c'est d'avoir l'outrecuidance de lire des livres, et malgré tout, de leur faire l'affront de s'opposer modestement à leur délire collectiviste néo-stalinisant.

    Car ces gens-là sont habitués à appartenir à cet éternel Camp du Bien : le camp dans lequel on lit bien, dans lequel on lit dans le bon sens ; le camp dans lequel on pense bien, dans lequel on pense dans le bon sens.

    Ce ne sont pas les méchants fachos qu'ils haïssent. Ce qu'ils ne supportent pas, c'est ce moment terrifiant où ils s'aperçoivent que la littérature, la philosophie, échappent à leur embourgeoisement massacreur. Qu'ils n'en sont plus les seuls dépositaires (l'ont-ils jamais été ? En tous les cas, ils en sont convaincus). Que d'autres qu'eux prétendent à d'autres formes d'excellence accessibles par le moyen du livre, du film, de la culture au sens large.

    Toute la moraline puante de la gauche divine est contenue dans cette imprécation liberticide contre ces odieux "réactionnaires" qui ont l'idée saugrenue d'ouvrir des livres plutôt que de marcher au pas en éructant des slogans haineux, ce qui permettait jadis de facilement les identifier. Non, leur but, c'est surtout, surtout, qu'ils puissent encore longtemps, le plus longtemps possible, se déclarer seuls bénéficiaires légitimes du patrimoine culturel de notre civilisation. Tout leur édifice idéologique tient sur cette seule certitude : "nous sommes les seuls dignes de dire le vrai. Les autres - entendre : ceux qui ne sont pas de notre avis - doivent être privés d'accès à l'intelligence".

    Ces gens-là, finalement, haïssent ce qu'ils prétendent défendre. Les lettres, le sens, tout ça n'est pour eux qu'une façade susceptible de leur offrir un petit supplément d'âme à peu de frais.

    Ce serait dérisoire si ça n'était pas aussi sottement vomitif.

    RépondreSupprimer
  11. Ces gens-là, finalement, haïssent ce qu'ils prétendent défendre

    Oui.
    De la même façon que leur infinie tolérance, leur amour de la liberté, vont jusqu'à virer M.Goux.
    Mais quelle idée aussi de trainer sur le blog d'une névrosée tiers-mondiste...
    Qu'elle retourne aux vêpres elle y sera plus utile.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai éclaté de rire à "votre bêtise sur laquelle vous tartinez des bribes de culture."

    Emma: oui, j'en prends pour mon grade aussi, mais je n'arrive pas à prendre Céleste au sérieux, j'ai tout le temps l'impression qu'elle va dire "bon, j'ai peut-être un peu exagéré, mais..". Elle a un côté "je fais le bien envers et contre tous, et qui ne m'aime pas n'aime pas [Dieu] l'Autre" qui résiste solidement aux sarcasmes, qui m'étonne et que j'envie, comme j'envie ceux qui ont la foi.

    RépondreSupprimer
  13. Hank: j'ai relu votre commentaire et je ne trouve pas qu'il s'applique à Céleste qui n'en mérite pas tant. C'est souvent qu'on reproche à Didier d'être un soi-disant écrivain, un faux journaliste ou le contraire, un gros fachobeauf lourdingue qui use d'une langue désuète au style suranné, blablabla, pour mieux faire passer ses idées mortifères, etc, etc. C'est le dépit qui fait écrire cela, le sentiment d'infériorité, la jalousie de voir s'exprimer mieux que soi quelqu'un à qui on voudrait tant clouer le bec.

    RépondreSupprimer
  14. Enfin, Céleste a quand même une qualité extraordinaire. On lui donne le foin de nos commentaires, et elle en fait de l'or.

    RépondreSupprimer
  15. M'enfin, vous avez continué à féminiser votre parcours de vie chez Celestine ! Ah c'est malin !

    RépondreSupprimer
  16. Ah ! Merde ! A cette heure, je suis trop saoul pour faire un billet. Mais je sens, qu'au fond, on me reproche mes amitiés.

    Quand c'est quelqu'un de gauche qui le fait, ça me fait marrer. Et sérieusement douter de ses convictions.

    Didier,

    Je crois que ce n'est pas la première fois que je fais un beau billet sur le thème dans PMA. Mais si vous pourriez arrêter d'agresser mes potes, dans la blogroll, ça m'arrangerait bien.

    RépondreSupprimer
  17. Didier, je ne sais pas comment vous prenez ça, au fond.

    D'accord pour le côté drolatique des propos de votre blogueuse: elle est nulle, bête et méchante. Bon.

    D'accord pour passer au crible ses saintes paroles : elles dévoilent clairement les positions et c'est toujours fascinant de lire autant de conneries post-humaines décomplexées. Chaque mot de cette charmante est un aveu de nuisance volontaire et préméditée. Chacune de ses paroles tient de l'angélisme le plus morbide. Bon

    Mais ce qui me tue, c'est qu'elle a raison. Définitivement raison :

    "Le monde passéiste et figé auquel ils aspirent est foutu. Ils auront beau gesticuler, éructer, menacer, comploter cela ne servira à rien. L’occident a déjà perdu cette suprématie vaniteuse et injuste qui a condamné à la misère une bonne partie de la population mondiale. Tant mieux. La roue tourne."

    Des phrases pareilles sont à vomir et me dépriment absolument mais elle a raison sur un point : le monde est foutu et l'occident a perdu. Point final. Cette dinde valide à elle toute seule tout ce que Murray a pu écrire. Nous sommes morts. Fin de l'histoire. Le programme de cette folle, c'est le suicide. Opération en cours. Deux exemples dans l'actualité :
    - Le lynchage d'Israël, c'est-à-dire la seule démocratie de la région, le seul état qui nous ressemble, qui nous soit proche : suicide.
    - Le massacre organisé de l'école et donc de la transmission et donc de l'avenir : suicide.

    Le soi-mêmiste Narcisse se suicide. C'est fatal.

    Grosse déprime.

    RépondreSupprimer
  18. Didier: ce n'est pas pour rien que je vous avais suggéré il y a déjà longtemps et pour quelles raisons de ne plus commenter chez elle.

    Si vous n'aviez pas eu un blog connu, il y a déjà beau temps qu'elle vous aurait interdit, comme ce fut mon cas. Mais vos commentaires chez elle et les visites que vous lui apportiez, une star du web, fut-elle erotico-gaucho, n'allait pas s'en priver, quoi qu'elle en dise haut et fort pour la façade.

    Vous l'avez laissée assez stupidement gagner la partie en ayant beau jeu, après vous avoir laisser vous exprimer librement (et lui apporter un grand nombre de visites), décréter un beau jour que désormais ça suffit et de vous interdire pour la plus grande joie des gus admirateurs de culs célestes sous la lune, et autres bonzesses de son espèce mais moins le cul à l'air.

    RépondreSupprimer
  19. Et je pense que ceci:
    "Le monde passéiste et figé auquel ils aspirent est foutu. Ils auront beau gesticuler, éructer, menacer, comploter cela ne servira à rien. L’occident a déjà perdu cette suprématie vaniteuse et injuste qui a condamné à la misère une bonne partie de la population mondiale. Tant mieux. La roue tourne."
    est son dogme et sa langue de bois, l' habituel prêchi-prêcha de cette extrème-gauche qu'elle incarne de façon parfaitement imbécile et gnangnan.

    Non, je ne crois pas que nous vivrons dans un monde diversifié, respectueux des différences de chacun et tolérant blabla machin comme ils nous le prêchent de façon sirupeuse qu'ils appellent -et elle tout particulièrement- "humanisme".

    Mais je ne crois pas davantage au catastrophisme de fin du monde selon certains ici. Une civilisation ne s'écroule pas du jour au lendemain. Ensuite, je ne pense pas que les "Indigènes de la république" et ceux qui les soutiennent représentent grand-chose, ni meme la majorité de ceux qu'ils prétendent représenter. En bref, le mode changera que ça nous plaise ou nom parce qu'il n'est pas immuable ni ne l'a jamais été. Mais je pense qu'il changera de manière différente des prédictions des uns et des autres, de manière inattendue et sans nous demander notre avis. Et tous de quelque bord que ce soit devront s'adapter pour survivre.

    RépondreSupprimer
  20. je ne savais pas que vous commentiez chez Céleste que je ne lis pas malgré tous les liens que vous lui faites.
    et puisque c'est le cas il faut reconnaitre qu'elle a été plutôt patiente de vous supporter jusque là.

    RépondreSupprimer
  21. @Olympe... vous n'avez pas lu juste avant vôtre commentaire , celui de Floréal qui a expliqué de façon irréfutable les raisons de la soi-disant patience de la funeste envers Didier.

    RépondreSupprimer
  22. Votre billet, hélas M.Goux, prouve que l'intelligence et la connerie sont tout à fait compatibles.

    RépondreSupprimer
  23. Bon, je repasse répondre dès que je suis arrivé à Levallois...

    RépondreSupprimer
  24. Ou peut-être un nouveau billet, si je parviens à "synthétiser" tous vos commentaires.

    RépondreSupprimer
  25. "Hé mec, t'as pas un gimmick, mec ! T'as pas un gimmick !"

    Purée, vous ne vous lassez pas, vous.

    RépondreSupprimer
  26. Hé, au fait, vous passez votre temps à vous foutre de la gueule des bébés gauchos qui refilent du "nauséabond" à toutes les sauces.

    Vous devriez relire les commentaires de certains ici qui n'arrêtent de causer vomi dans le poste. Je finis par l'avoir dans le nez.

    [Refrain - je ne suis pas responsable des commentaires laissés ici (c'est vrai)]

    Dégueulez tous un bon coup, et qu'on n'en parle plus. On ouvrira les portières et on suspendra des petits sapins désodorisants dans l'habitacle.

    En fait, vous êtes un peu comme des petites voitures télécommandées, le gruppetto de Céleste et le vôtre. Je ne vais pas dire que ça me file la nausée parce que c'est faux, et surtout parce que dans le fond, j'en beurre la raie, mais je trouve cela un tantinet pathétique.

    (cela, Didier, ne m'empêche pas de continuer à bien vous aimer, déraisonnablement sans doute, mais quelle affection n'est pas déraisonnable ?)

    RépondreSupprimer
  27. Jacques Etienne10 juin 2010 10:10

    Je partage la vision de Floréal. Les catastrophistes n'ont pas forcément raison.

    Comme M. Goux, j'aime à fréquenter les gauchistes. Je les trouve amusants. Grâce à lui j'ai découvert le bon CSP et son discours si divertissant. Bien que mesurés, dénués de toute insulte ou propos extrêmiste, mes commentaires sont rarement publiés.

    J'en déduis que M. CSP est distrait.

    RépondreSupprimer
  28. Jacques Etienne,

    Considérer CSP comme représentatif du gauchiste, c'est comme prétendre que Mussolini est réprésentatif des réactionnaires. Choisissez mieux vos sujets d'étude, ça vous évitera de foirer vos thèses.

    RépondreSupprimer
  29. Bien que mesurés, dénués de toute insulte ou propos extrêmiste, mes commentaires sont rarement publiés.

    Et c'est bien là une particularité de ces gens: leur gout pour le dialogue et le débat contradictoire.

    RépondreSupprimer
  30. Je ne suis jamais allée sur le blog de Celeste, cependant en lisant attentivement votre billet, je puis vous affirmer que vous n'avez pas tout à fait raison!

    Vous dites qu'elle est sans queue ni tête, propos macho s'il en est, car si le manque de tête peut lui être reproché, l'absence de queue est inhérente à sa condition féminine.

    Comment alors lui reprocher de soutenir Rama Yade par solidarité féminine? Face aux machos cela peut devenir un réflexe de survie. Même si de macho je soupçonne que vous êtes plus grande gueule que tout autre chose.


    Quand au racisme larvé, vous avez hélas tout à fait raison.

    La réponse de Celeste me laisse pensive, elle aussi est jalouse de votre culture et de votre écriture; c'est le fond du problème.

    Vous êtes, votre Inestimable va vous trouver encore plus insupportable, certainement un des vrais écrivains des plus cultivés sévissant dans la blogosphère si je n'arrive pas toujours à trouver de l'intérêt à certaines de vos critiques qui me passent à 100 000 babouches au dessus de la tête, et je m'en fous, beaucoup de vos billets m'enchantent

    L'attitude de Celeste, femme de gauche est normale, elle a raison, nous avons tort; vous êtes plus brillant qu'elle, fin de la discussion.

    Chance, il fut un temps où votre érudition mise au service d'une politique non idéologiquement correcte vous eut, à vous aussi, fait perdre la tête.

    RépondreSupprimer
  31. "Comment alors lui reprocher de soutenir Rama Yade par solidarité féminine? "

    Mais il faut mettre un smiley à chaque blague idiote, si évidemment idiote que même le pire des idiots comprend que c'est une blague ?

    Qu'est-ce que c'est pénible, chez les Chevaliers du Bien (je parle de Céleste, pas spécialement de vous que je ne connais pas, Lady W)ce déni de reconnaissance d'humour... Comme s'il fallait à tout prix refuser le moindre dialogue, le moindre sourire commun...

    RépondreSupprimer
  32. Il faut mettre Suzanne, il faut mettre, tu sais comme on ouvre les guillemets en parlant avec les doigts, ce genre de conventions idiotes, qui fait que même les idiots qui ne vous aiment pas sont obligés de comprendre.

    Surtout lorsque son auteur adore cultiver le machisme primaire provocateur. Qui sait si sous son air rigolard il n'est pas macho, hein?

    Autrement dit, on est pas sorti de l'auberge, prouver son honnêteté dans ces cas là, impossible.

    L'humour de celui qui ne partage pas vos points de vue est hautement condamnable, car non partagé et déstabilisateur.



    On rigole pas avec les traitres.Enfin certains sectaires le pensent.

    Je ne suis pas un Chevalier du Bien, rassure toi! je suis d'extrême droite mais cela ne se voit pas toujours....

    RépondreSupprimer
  33. Pour une fois que je peux me connecter, chuis pas déçu ! Didier, mon Cher, ça s'arrose et pas avec Célestin !

    RépondreSupprimer
  34. Ladywaterloo, mon Gouzounours n'est pas macho du tout, je vous rassure : )

    RépondreSupprimer
  35. J’avais idée de vous répondre, mais c’est parti chez Nicolas, finalement, la flemme de faire en double.

    Je vous aime bien : ça c’est pour le côté « tarif de groupe », nazis littéraires et minauderies.

    Il faut reconnaitre que tout en massacrant Céleste d’un côté, ici, quand une moquerie fuse sur vos commentateurs, il y a une métamorphose générale en agneaux de douceur, on parle d’appel à la paix, d’incivilités et d’inconvenances, d’in-nocence, de politesse, avec le recul, c’est quand même amusant quand on compare le tarif « pour les autres » et « entre nous ».

    De manière plus générale, je suis toujours surpris (j’ai déjà dit ça chez Suzanne), qu’on présente vos méchantes idées réacs comme susceptibles de contaminer les gentilles idées de gauche, comme si ça s’attrapait par contagion. Aucune de vos relations, à ma connaissance, n’aurait l’idée de vous peindre comme compromis ou gouroutisé quand vous écumez obsessionnellement des blogs féministes et de gauche, ça fait passer la fâcheuse impression qu’elles sont plus vigoureuses que les nôtres, toutes chétives dans leur chambre stérile, même qu’il faut pas qu’elle sortent les pauvres. Sans parler, à mon sens, d’une certaine condescendance continuelle à présenter vos habitués comme des enfants débiles influençables, refrain que j’ai déjà entendu plusieurs fois, de la part, finalement, de quasi inconnus. La vision d’un maitre qui parle, et d’un élève qui écoute, n’est pas franchement la mienne, c’est aussi croustillant qu’on la projette chez vous, par reflexe, comme si c’était le seul schéma finalement viable.

    Mais bon, Céleste en a quand même pris plein la gueule, à sa place, franchement, j’aurais fermé mon blog, complètement écœuré, dégouté. Si elle le faisait, finalement, vous auriez écrasé quelqu’un, je sais pas si vous en seriez très à l’aise.

    RépondreSupprimer
  36. @Catherine, félicitations, vous savez le tenir! (ya pas de smiley qui rigole!)

    Et merci de m'avoir pleinement rassuré...... Mais voyez, même ici, mon humour est parfois mal compris! :)

    RépondreSupprimer
  37. Dans son vieux pardessus râpé
    Il s'en allait l'hiver, l'été...

    [Refrain - je ne suis pas responsable des commentaires laissés ici (c'est vrai)]

    RépondreSupprimer
  38. Guich'

    On avait pourtant dit que tu enchainerais par le Gitan...

    RépondreSupprimer
  39. À propos de Rama Yade, qqn se souvient du délicieux Afric Simone, chanteur-gigoteur qui soulevait des chaises avec ses dents, et de sa chanson « Ramaya » (1975) ?

    RépondreSupprimer
  40. Comme si Rama Yade ou Rachida Dati avait besoin de solidarité féminine " lève la tête Toto tu vas rayer le plancher avec les dents" je me suis fait une crampe à la rate de rigolade, là!

    RépondreSupprimer
  41. J'ai été voir ce blogue et en effet, c'est du lourd. Si je ne connaissais quelques bobotes voulant absolument sauver le monde, version modernes des paroissiennes à bonnes oeuvres, j'aurais vraiment pris ce site pour un fake.

    C'est inutile d'y poster quoi que ce soit, c'est sans espoir, quand la descendance de Bouvard et Pécuchet avale un mégaphone, seule la Providence peut y faire quelque chose, mais les humains, définitivement, non.

    RépondreSupprimer
  42. « Quand la descendance de Bouvard et Pécuchet avale un mégaphone »

    C'est un peu long, comme titre, mais je vous le piquerais bien quand-même !

    RépondreSupprimer
  43. Je vous le cède bien volontiers...

    RépondreSupprimer
  44. Je me suis fait interdire sur un blog. C'est comme être éliminé prématurément d'une compétition.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.