vendredi 4 juin 2010

« Comme je suis prévoyante, j'ai rien prévu... »

La conversation de l'Irremplaçable n'est pas toujours très facile à suivre. Par exemple, l'autre soir, lorsqu'elle m'a balancé la phrase qui me sert de titre, il est facile d'imaginer mon interloquitude. Que voulait-elle dire, l'ébouriffante créature ? Seulement ceci : sachant que nous allions prendre l'apéritif en terrasse (avec, donc, tendance à le prolonger...), elle avait prévu que je sauterais le dîner et, par conséquent, elle n'avait rien prévu de cuisiner.

Ce matin, coup nouveau. À dix heures, après que nous avions sué sang et eau à charger ma voiture, Catherine est partie en direction de la Franche-Comté, où sa sœur fête demain ses cinquante ans. Un quart d'heure plus tard, coup de téléphone : « Oui, c'est moi... Je suis à Chaufour (12 km), je fais demi-tour : j'ai oublié le cadeau de Nathalie ! »

Et, en effet, la voilà revenue et presque aussitôt repartie. Cinq minute après, nouveau coup de téléphone : « Je suis à Pacy, mais je reviens : j'ai encore oublié le cadeau de Nathalie... »

Elle vient, pour l'heure, d'effectuer son troisième départ. On s'attend à la voir revenir très vite. Du reste, je n'ai pas pensé à vérifier si elle avait bien pris le cadeau de Nathalie...

22 commentaires:

  1. Vous l'éblouissez tellement de mille feux qu'elle en oublie l'essentiel alors que l'essentiel c'est vous. Pas mal non ? Et pourtant je suis d'une humeur massacrante.

    RépondreSupprimer
  2. "La conversation de l'Irremplaçable n'est pas toujours très facile à suivre."

    "Du reste, je n'ai pas pensé à vérifier si elle avait bien pris le cadeau de Nathalie..."

    Tiens, un autoportrait.

    RépondreSupprimer
  3. Et vous-même êtes déjà allé en France-Comté, cher Didier ?

    RépondreSupprimer
  4. Il y a un côté « voiture à friction » dans cette affaire du cadeau de Nathalie : deux brefs retours en arrière pour bien emmagasiner l'énergie cinétique nécessaire pour atteindre d'un seul coup la Franche-Comté.

    RépondreSupprimer
  5. Si elle revient encore, faites-lui une bise de ma part, Didier. A transmettre à Nathalie, et sans risque de l'oublier à la maison.

    RépondreSupprimer
  6. D.F: j'ai l'image et le son, avec votre commentaire (vrrrr vrrr...oum !)

    RépondreSupprimer
  7. Les bonnes femmes c'est toujours pareil: on croit avoir la paix 5 minutes, déjà on part dans des rêveries et des méditations de haute qualité, et les voilà qui rappliquent pour des futilités, des étourderies de gonzesses et vous mettent les nerfs à vif...
    Mais, toujours, on leur pardonne n'est-ce pas?

    RépondreSupprimer
  8. Pour être tout à fait l'indigne phallocrate que je ne suis pas, je dirais que ces rêveries sont tout-à fait impossibles en présence d'icelles: elles n'ont de cesse de perturber les ondes bienveillantes qui tentent de vous atteindre.

    RépondreSupprimer
  9. "Pour être tout à fait l'indigne phallocrate que je ne suis pas"

    Si tu discutes quelques instants avec Floréal, ça va venir...

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. Nous avons compris le message subliminal : Votre hydremplaçable, la soeur de Nathalie,son guide, n'est pas un cadeau.
    La Vache !

    RépondreSupprimer
  13. Parfois, quand je vous lis, comme aujourd'hui, je me demande si c'est bien du DG ou si je me suis trompée de blog. Si je ne lis pas un blog enturbanné d'une bannière rose avec des petites fleurs partout narrant au lecteur fasciné un quotidien qui lui fiche le bourdon tellement il ressemble au sien. Un peu comme quand je lis en diagonale votre journal... je mesure combien il faut d'humilité pour oser donner ça en patûre.... J'ai lu que vous déconseillez la lecture de ces journaux mensuels, ce qui signe là toute votre exquis foutage de gueule, et là, du coup, on retrouve DG et ça rassure.
    Ceci dit, la phrase de votre Irremplacable aurait largement suffit à combler notre quête virtuelle du Grall

    RépondreSupprimer
  14. C'est comment déjà son prénom à Alzheimer ??? Ha oui, Alois !!!

    RépondreSupprimer
  15. je mesure combien il faut d'humilité pour oser donner ça en patûre....

    En fait je le soupçonne de faire celà pour avoir la paix: il nous livre une annecdote sans importance et n'en attend en retour rien d'important. Pendant ce temps il peut faire la sieste, passer des coups de fil aux copains de Marianne, draguer la "fille d'avant" l'esprit détaché.
    Il pourrait tout aussi bien ne rien dire; mais alors d'aucuns ne viendraient plus, d'autres s'inquieteraient de son silence.
    Alors il fait semblant. Un peu comme les gamins font semblant de jeter à manger aux pigeons pour les attirer.
    Vous avez dit pigeons?

    RépondreSupprimer
  16. Bon ben c'est pas le tout... mais a-t-elle fini par partir, vous laissant seul à déboiser sur votre solitude, mieux encore, est-elle bien arrivée ?

    ceci dit charmant billet

    RépondreSupprimer
  17. La dernière fois que j'ai eu des nouvelles (il y a deux heures), elle était dans un bouchon sur l'A6. Logiquement, elle devrait toucher au but...

    RépondreSupprimer
  18. Pélicastre : oui, je suis déjà allé chez la Nathalie en question. Bouffer des cuisses de grenouilles et me payer un vertige mahousse à la citadelle de Besançon...

    RépondreSupprimer
  19. Elle est bien arrivée, et surtout avec mon cadeau, tout va bien !

    RépondreSupprimer
  20. Joyeux Anniversaire, Nathalie!
    Passez une très belle fête.

    RépondreSupprimer
  21. J'espère qu'elle a rempli le frigo avant de partir.

    RépondreSupprimer
  22. Merci Carine, la fête était superbe.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.