mercredi 24 décembre 2008

Elle est née, Ludivine enfant

Réveillon bouclé ? Réveillon bouclé ! De retour devant cet écran, à neuf heures moins cinq, j'ai une pensée émue et attristée pour tous les ceusses d'entre vous contraints de se taper un interminable repas de famille, absurdement retardé jusqu'à dix ou onze heures du soir, se terminant donc sur les coups de deux heures, convives verdâtres après avoir ingurgité à huit ce qui suffirait à nourrir quinze personnes, cent cinquante dans le tiers-monde – et je me refuse même à évoquer les malheureux cousus d'enfants, qui vont devoir se lever demain aux aurores, l'estomac barbouillé et l'esprit au bord de la tombe, afin d'affronter la cérémonie du déballage de cadeaux et les hurlements hystériques qui vont avec. Bref, chacun sa croix, comme on dit à Noël quand on prévoit l'avenir.

Nous, on s'est installé à l'apéro vers six heures et demie : champagne pour l'Irremplaçable, chablis premier cru pour moi, qui déteste le champagne, bien que né au milieu du dit vignoble. J'avais choisi des cantates de Bach, dont je suis total client, ainsi que nul n'ignore. Une heure plus tard, Catherine est allée chercher les oeufs de caille en gelée, préparés par ses soins l'après-midi même et accompagnés d'oeufs de truite : d'habitude, ce sont des oeufs de saumon, bien meilleurs et plus chers. Mais, en période de crise, les commerçants des régions de salauds de pauvres ne proposent même plus d'oeufs de saumon, et les riches souffrent beaucoup – les saumons aussi, mais ils ont la décence de se taire.

On a enchaîné avec un petit plateau de fromages sur mesure qui comportait :
- Du gruyère (du vrai, suisse et sans trou)
- Du livarot
- Un roquefort à tomber
- Un chaource à ne pas se relever
- Un fromage corse au lait de brebis, rond, orangé, à croûte lavée, très odorant mais un peu décevant en bouche.

Là-dessus, il était neuf heures ou presque, et on a décidé d'un commun accord que le sacrifice aux traditions avait assez duré : Catherine s'est trouvé un film, et j'ai quant à moi décidé de me réfugier entre le boeuf et l'âne, c'est-à-dire entre deux blogueurs – mais je ne citerai aucun nom, j'ai assez de procès comme ça en souffrance.

Allez, tiens, pour finir, comme on est au jour de la plus grande fête chrétienne, une réjouissante nouvelle : les travaux indispensables à la réfection de la cathédrale de Strasbourg, inscrits au budget de 2002, ont été interrompus faute d'argent, et les dégâts causés par la tempête de 1999 n'ont toujours pas été réparés. En revanche, le chantier de la grande mosquée de cette même ville, financée à hauteur de 26 % par des subventions publiques, devrait se terminer en temps et heure.

Bonne dinde, mes frères.

(Et pensez à cliquer sur la photo : elle vaut la peine...)

21 commentaires:

  1. 21h34, table débarrassée, menu satisfaisant puisqu'aucune assiette n'est passée par la case poubelle avant de se faire jeter dans le lave-vaisselle.

    21h56, la pub, hop, papa noël arrive, livre, claque la porte.

    22h12, une tonne de papier froissé, des cris, des "oh putain c'est pas vrai la Wiiiiiiiiiiiiiiiiii"

    22h24, tout est connecté, du sans fil, des ondes plein le salon et j'ai éclaté tout le monde au bowling.

    23h29, la chatte a encore bousé sur le paillasson, mais je m'en tape.

    Des bises de Noël.

    RépondreSupprimer
  2. Repas (à l'hôpital) torpillé vers minuit par une pauvre femme qui à eu l'indécence de s'arrêter de respirer (sclérose latérale amyotrophique oblige). Pluton l'a admise dans sa crèche, drôle de petit Jésus...
    Amitiés de Noël.

    P.S : très bon billet !

    RépondreSupprimer
  3. Mon Luminaire Céleste est trop pudique pour dire qu'il m'a offert deux cadeaux, entre la poire et le fromage.

    RépondreSupprimer
  4. Mélina : c'est bon, vous avez limité les dégâts, et évité le réveil aux aurores...

    Pluton : on devrait interdire aus gens d'arrêter de respirer le 24 décembre, c'est vraiment antifestif en diable !

    Catherine : Pudeur ? Non, chablis... qui rime avec oubli.

    RépondreSupprimer
  5. D'un autre côté, la messe de minuit dans une mosquée, ça aurait de la gueule.

    RépondreSupprimer
  6. Mais vous ne faites jamais l'amour?

    RépondreSupprimer
  7. Quiche lorraine façon veillée scout avec les filles pliées de rire au spectacle télévisuel de l'incommensurable bêtise de leurs prochains. Fronsac 2001 tout à fait intéressant. Pieutés vers minuit. Les cadeaux ce matin APRÈS le kawa (même si les filles bzzzz comme une ruche autour de nous). Ouéééééé, ma DS (pas celle du Petit Clamart, celle de Kyoto), Bouhhhhh, y'a pas les piles pour mon jeu... Petites pétasses ! Dieu qu'elles sont... merci, petit rhéssousse.
    K

    RépondreSupprimer
  8. K, je crois que je vous ai reconnu...

    RépondreSupprimer
  9. Lu après coup, vous avez fait le bon choix hier soir, je vous envie presque!

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, à vous lire, je ne pensais pas que vous fréquentiez les eglises, ni les mosquées d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
  11. Le Coucou : "choix" est un peu vite dit : ça s'est trouvé comme ça, c'est tout. Et, pour le 31, réveillon avec QUATRE mômes !

    Platon : je ne fréquente les églises qu'en "touristes", et plus du tout les mosquées – mais ça m'est arrivé, à l'époque lointaine où je vivais en Algérie.

    RépondreSupprimer
  12. Tonnégrande a dit...
    Derrière tout le blabla du mec qui se fout des conventions et des usages,
    ça ressemble au repas du mec qui met de côté,
    pour pouvoir payer les honoraires de ses avocats.
    C'est confirmé dans l'expression désespérée des chiens

    RépondreSupprimer
  13. Moi, je me fous des conventions et des usages ?????

    RépondreSupprimer
  14. Votre réponse illustre à merveille la différence qui existe entre la plupart des eglises et les mosquées : les premières sont fréquentées par des touristes et les secondes par des croyants.

    RépondreSupprimer
  15. Didier,

    Vous prenez la défense des minorités visibles dans mon blog, mais dès qu'elles interviennent chez vous, vous les engueulez.

    Pas de doute. Je serais impitoyable : vous êtes de gauche.

    RépondreSupprimer
  16. Hormis le calendrier des fêtes officielles du royaume, c'est finalement un jour ordinaire que ce soir, non ?
    A chacun d'inventer ses traditions ! :-))

    RépondreSupprimer
  17. (Et pensez à cliquer sur la photo : elle vaut la peine...)

    -Merci Monsieur de promotionner aussi bien MA cathédrale.

    -Merci surtout pour cette plongée dans cette photo et donc dans mon enfance.

    -Non, je ne vais pas vous remercier à trois reprises non plus hein...

    RépondreSupprimer
  18. Plotin : là, vous n'avez pas tort...

    Nicolas : je vous ferai ravaler vos insultes : à sept heures du matin sur le pré, avec vos témoins !

    Non, finalement : sept heures du soir à la Comète, avec vos potes...

    RépondreSupprimer
  19. Corynne : J'ai moi-même un grand et très vieil attachement pour cette ville. Et bien sûr sa cathédrale.

    Merci de vos mercis...

    RépondreSupprimer
  20. @ Didier Goux : Ah bon ? Ah ouais ? Et pour de vrai ? Un vrai shmilblick, je suis !

    K

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.