mercredi 3 décembre 2008

Menaces du témoin

Que voulais-tu dresser sur cette table,
Sinon le double feu de notre mort ?
J'ai eu peur, j'ai détruit dans ce monde la table
Rougeâtre et nue, où se déclare le vent mort.

Puis j'ai vieilli. Dehors, vérité de parole
Et vérité de vent ont cessé leur combat.
Le feu s'est retiré, qui était mon église,
Je n'ai même plus peur, je ne dors pas.





Gisant d'Henri II par Germain Pilon, 1570.

3 commentaires:

  1. Tiens ! Une photo du vieux Jacques maigre.

    RépondreSupprimer
  2. Ce cœur que l'homme avec lui porte
    Ne change pas avec le vent
    Nous mettrons demain comme avant
    Des coquelicots à nos portes

    Dis qu'as-tu fait des jours enfuis
    De ta jeunesse et de toi-même
    De tes mains pleines de poèmes
    Qui tremblaient au bout de ta nuit

    Aragon

    RépondreSupprimer
  3. A la maison, j'ai un buffet Henri II, c'est mieux, il y a des tiroirs.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.