jeudi 11 décembre 2008

Tu reviendras dans le champ de pastèques

« Deux paires de brodequins parcouraient les sillons.
Tu vas pas m'croire.
Menteur comme je te connais y a pas beaucoup de chances.
Quelqu'un baise mes pastèques.
Quoi ?
J'ai dit que quelqu'un...
Non. Non. Bon Dieu non. Du diable si t'as pas l'esprit tordu.
J'te dis que...
J'veux pas le savoir.
Regarde donc là.
Et là.
Ils longèrent le rang extérieur du carré de pastèques. Il s'arrêta pour pousser une pastèque du bout du pied. Des guêpes bourdonnaient avec férocité dans le suintement. Certains fruits étaient fichus depuis un bon moment et s'avachissaient mous et pourris, ridés, au bord de la décomposition.
Ça y ressemble bien, hein ?
J'te dis que j'l'ai vu. Je savais vraiment pas ce qui se passait quand il a laissé tomber son pantalon. Et puis quand j'ai vu ce qu'il faisait j'en croyais toujours pas mes yeux. Mais voilà.
Qu'est-ce que t'a l'intention de faire ?
Bon sang, j'en sais rien. Y sera bientôt plus temps de faire quoi que ce soit. Il s'est presque envoyé tout le carré. Je comprends pas pourquoi il s'est pas contenté d'une seule. Ou de quèques-unes.
Ben, j'imagine qu'y se prend pour un séducteur. Un peu comme un marin dans un bordel.
J'imagine que c'qui voulait pas c'est qu'une de ces guêpes lui pique le bout de la quéquette. Là il a été malin.
C'était quoi, un petit jeune et tout ?
Je sais pas s'il était jeune ou quoi mais c'était un type qui y allait comme j'en ai rarement vu.
Ben j'crois pas qu'y reviendra.
J'en sais rien. Un rapide comme lui doit pas avoir de souci pour aller où ça lui chante. Pour voler ou autre chose.
Et si y revient ?
Je le coince si y revient.
Et puis après ?
Ben. Je sais pas. Ça serait rudement gênant maintenant que j'y pense. Je le ferais travailler pour moi, voilà.
C'est bien, je trouve. Enfin, je sais pas.
Tu crois qu'il faudrait appeler le shérif ?
Pour lui dire quoi ?
Ils marchaient lentement le long des rangs.
Jamais entendu une histoire pareille. Et toi ? Pourquoi tu te marres ? C'est pas drôle. Un truc pareil. Moi je trouve pas. »

Cormac McCarthy, Suttree, Points-Seuil, p. 45.

11 commentaires:

  1. Moi aussi, je trouve ça très drôle et je me marre ! Faut être tordu, quand même...

    RépondreSupprimer
  2. C'est ce qu'on appelle un amoureux de la nature.

    RépondreSupprimer
  3. "Sutree", chef d'oeuvre! Dans la lignée de Faulkner. Je me souviens à la lecture d'être tombé amoureux des pastèques mais j'ai su résister.

    RépondreSupprimer
  4. Un chef-d'oeuvre que je pourrais au moins orthographier correctement: "Suttree"

    RépondreSupprimer
  5. Dans le genre chef-d'oeuvre, il y en a bien qui baisent des tartes (American pie) voire des escalopes (et non pas ex-salopes... un écrivain dans ses mémoires, mais lequel ?)

    RépondreSupprimer
  6. Mère Castor : ou un fructophile ?

    Henri : oui, ce roman "part" très bien, en effet.

    Yibus : Bukowski ?

    RépondreSupprimer
  7. Ybus, c'est Roth dans "Portnoy et son complexe", qui se masturbe dans le steak qu'il vient d'acheter chez le boucher du coin, et qui le retrouve à midi, sur la table familiale (le steak pas le boucher)..

    RépondreSupprimer
  8. Oui ! Henri a raison ! ça me revient ! ROTH ! (Même si Philip n'est pas mon "Roth" préféré...)

    Parkane : excellent : rien d'autre à ajouter...

    RépondreSupprimer
  9. C'est génial ! Très vivant et très drôle. Vous me donnez envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  10. C'est vraiment un passage surprenant. Je vois bien le bouquin, j'ai plusieurs fois failli le prendre en bibliothèque, la prochaine fois je n'hésiterai pas.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.