mercredi 10 décembre 2008

Tu reviendras en mon giron

Comme le dit ailleurs l'Irremplaçable, Bergotte - trouillarde de nature - ne se sent jamais très à son aise lorsque Ludovic est en nos murs, vu que ce grand crétin chevelu prend un malin plaisir à lui coller les flubes. Du coup, elle cherche refuge où elle peut...

10 commentaires:

  1. j'allais demander la même chose que Melina !

    RépondreSupprimer
  2. flubes, c'est du langage d'jeune?

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme,
    Flube, du verbe fluber (avoir peur)

    RépondreSupprimer
  4. Et comment Ludovic s'y prend-t-il ? Il ne dépassera jamais ce qui a collé une trouille mémorable à notre petite chatte (grâce à Pluton...)
    Anna R.

    RépondreSupprimer
  5. Connais pas le verbe fluber! Jamais lu ni entendu.

    RépondreSupprimer
  6. Non, flube est au contraire du vieil argot (je l'ai appris dans San-Antonio, c'est dire...).

    Anna : il lui suffit de s'approcher d'elle en levant les bras et en prenant une voix caverneuse...

    RépondreSupprimer
  7. Oui du vieil argot, puisqu'il s'agit de l'argot des poilus dans les tranchées.
    Avoir les flubes, ou avoir les grelots

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.