jeudi 22 mai 2008

Silence, je télétravaille !

C'est avec des larmes de reconnaissance que je songe à mes valeureux camarades de la SNCF : grâce à leur petit mouvement d'humeur d'aujourd'hui, j'ai été autorisé par mes puissants patrons à rester chez moi au lieu d'aller faire le zouave à Levallois. Dès qu'il y aura du rewriting à faire, l'article arivera directement dans ma boîte à mails et j le rexpédierai par les mêmes miraculeuses voies, une fois qu'il sera toiletté.

Pour l'instant j'attends toujours. Et mets à profit ce temps libre en me demandant pourquoi je ne suis pas autorisé à rester tous les jours chez moi, puisque le système fonctionne. Je serais même prêt à négocier une diminution de mon salaire afin de pouvoir travailler moins.

En quoi on me découvre comme l'anti-sarkozyste type, ce qui n'est pas le moins savoureux de l'affaire.

28 commentaires:

  1. "Dès qu'il y aura du rewriting à faire, l'article arivera directement dans ma boîte à mails et j le rexpédierai par les mêmes miraculeuses voies, une fois qu'il sera toiletté."

    (sic)

    RépondreSupprimer
  2. Nous, directeur de la Librairie, autorisons, notre humble serviteur le sieur Didier Goux, à se reposer en cette journée d'action, afin de se fortifier et de revenir plus allant encor au travail dès demain.

    iPidiblue de Malesherbes

    RépondreSupprimer
  3. Quelle chance vous avez cher Didier! Mes patients n'ont même pas eu la délicatesse de se mettre en grève...Pff !

    RépondreSupprimer
  4. "Je serais même prêt à négocier une diminution de mon salaire afin de pouvoir travailler moins."

    C'est con. L'espace libéré dans les bureaux, l'amortissement de l'ordinateur qui disparaît, le service informatique qui n'a plus à fournir d'assistance, la cantine qui n'a plus à servir de repas subventionnés (?), tout cela procure une économie à l'employeur du fait du télétravail.

    Il faut au contraire négocier le maintien du salaire avec un travail réduit.

    Ne me remerciez pas, c'est tout naturel.

    RépondreSupprimer
  5. Dorham : cela fait trois fois que je relis cette phrase et (hormis le "e" de "je", je ne vois pas ce que vous pouvez trouver à y redire...

    iPidiblue : je savais que je pouvais compter sur votre magnanimité.

    Pluton : les malades sont également des malappris.

    Robert Marchenoir : ils s'aviseront de tout cela lorsque je serai à deux ans de la retraite !

    RépondreSupprimer
  6. Que voulez-vous j'apprécie votre bravitude comme dirait Ségolène et je ne peux me passer de vos services, loyal et féal sujet de la presse française !

    iPidiblue sur la muraille de Chine (en papier).

    RépondreSupprimer
  7. C'est rien Didier, Dorham vous rexpédie une petite moquerie, ça arive.

    (je m'essaie au trollage)

    RépondreSupprimer
  8. C'est tout de même amusant de travailler au bureau, on peut torturer les collègues !

    RépondreSupprimer
  9. Celà dit, vous auriez pu aller travailler en voiture.

    N.B. : Il va être temps que la mésaventure arrive à une autre de mes connaissance que je change de cible.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  11. c'est un plaisir dont je me repais chaque jour (celui de rester à la maison)...
    Merci beaucoup de me le rappeler

    RépondreSupprimer
  12. Gagner moins pour rester chez vous : mais alors, vous seriez un décroissant, vous ?

    Heureusement que M. Marchenoir veille au grain.

    P.S. Au fait, vous ne nous avez jamais raconté la fin de la négo lors de le réorganisation du service dans lequel vous travaillez.

    RépondreSupprimer
  13. Ouai, z'avez décider de vous mettre en grève mais vous y allez mollo pour prévenir vos employeurs, quoi !
    :-)

    RépondreSupprimer
  14. Gagner moins!
    Je sais bien que la hausse du gaz oil ne concerne que ceux qui roulent, mais quand vous récupererez le carton rose, vous risquez une sacrée surprise en faisant votre premier plein.
    A titre indicatif, j'ai fait mon dernier plein, il y a 15 jours à 1€30 et aujourd'hui, je l'ai refait à 1€45.

    RépondreSupprimer
  15. Dure journée ! Couper les branches de tilleul pendant le travail, moi, je dis, c'est voler du temps à son employeur !

    RépondreSupprimer
  16. Merci aux autres d'avoir répondu à ma place... Il y a bien en effet deux "r" à ce verbe synonyme d'heureux dénouement pour tout coureur cycliste digne de ce nom.

    Mais j'arrête là tout trollage !

    RépondreSupprimer
  17. La faute de frappe qui tue : même moi, je n'aurais pas osé...

    RépondreSupprimer
  18. Tiens, je la laisse. Juste histoire de vous plonger le nez dans votre bauge !

    RépondreSupprimer
  19. @ Dohram
    troller le vainqueur troll du festival de rasants, t'as pas honte?
    C'est comme si on disputait la palme de la fainéantise à Tonnégrande...
    On touche là à des statues indéboulonnables

    RépondreSupprimer
  20. Je vous merde : je vais me chercher une bière dans le frigo ! Arivera ce qui doit ariver...

    RépondreSupprimer
  21. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  22. C'est tous des méchants, ceux qui font rien d'autre que vous pousser à boire. Si ça se trouve, ils le font exprès. Ne les lisez pas, ne les écoutez pas. Regardez plutôt ça:

    http://www.histoire-image.org/photo/fullscreen/tsi17_ennemi

    RépondreSupprimer
  23. bon, zut, comment fait-on pour placer un lien un peu long ?

    RépondreSupprimer
  24. Didier,

    Vous faites le faux offusqué ; dites la vérité, Nicolas est chez vous...


    ------

    Nicolas,

    sors tout de suite de chez Didier Goux !

    -------

    re-Didier,

    une fois, vous m'avez dit que j'étais sans doute trop vicieux pour être réellement de gauche.

    Je demande si vous n'aviez pas raison.

    (non, je déconne)

    --------

    Olivier P,

    je vous merde, je vais me chercher un lait fraise dans le frigo et advienne que pourra ! Alea Jacta est, les dés sont jetés !

    RépondreSupprimer
  25. Je rentre de vacances donc j'ai les idées claires et, de plus, une petite envie de couper les cheveux en quatre ! Ne pensez-vous pas qu'il vaudrait mieux utiliser le futur antérieur pour souligner le fait que l'article est réexpédié APRES qu'il a été toiletté ?
    "Je le réexpédierai par les mêmes miraculeuses voies, une fois qu'il aura été toiletté" sonne mieux à mes oreilles :-)

    RépondreSupprimer
  26. Pour le coup... je pense que vous avez raison...

    iPidigoux rewriter rewrité

    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.