lundi 13 octobre 2008

Déformation professionnelle

Bon, ce garçon est mort. C'est probablement triste. Personnellement, je m'en fous un peu, et même beaucoup. C'est-à-dire que je m'en fous. Comme de la mort de Désiré Michard, de Yolande Pichegru, ou de tous ces gens que je n'ai pas connus. Mon premier réflexe a été de me dire que nous sommes lundi, jour de "bouclage" à France Dimanche, et que mes petits camarades de chaîne allaient immanquablement "repiquer" et rester très tard devant leurs écrans. Il arrive ainsi que les palinodies professionnelles vous repeignent la mort de tel ou tel d'une façon un peu effrayante.

34 commentaires:

  1. Comme toute mort d'un jeune homme est triste je suppose...
    faut avoir le temps ou espérer l'avoir...

    RépondreSupprimer
  2. Certes. Mais pourquoi est-on TOUJOURS triste quand c'est la mort d'un jeune homme dont on parle dans France dimanche ou dans Public, et pas du fils de l'épicier qui se trouve à trois rues de chez vous, hmm ?

    RépondreSupprimer
  3. Vous n'êtes pas triste de la mort du fils de l'épicier qui se trouve à trois rues de chez vous, hmm ?

    RépondreSupprimer
  4. C'est triste, comme toute mort de jeune homme. Pour ce qui concerne l'Arabe du coin, je ne sais pas. Il est fermé le lundi.

    RépondreSupprimer
  5. La mort est dans la vie etc.. Je l'aimais bien , moi, Guillaume Depardieu, en tant qu'acteur. Mais j'en vois tellement plier que l'immunisation obligatoire oeuvre inexorablement ! Quand je claquerai, faites péter un bouchon, rien ne me fera plus plaisir.

    Pluton surfe sur le Styx !

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai eu une collègue qui a perdu son fils de 19 ans qui venait d'avoir son bac et il y a là comme la limite de la normalité : mourir après vos propres enfants ; assister à la mort du fruit de notre propre vie, en quelque sorte.
    Et je pense que le vedettariat de quelques uns permet de focaliser, de canaliser ces sortes d'émotions finalement communes.

    Bizarrement, on connait mieux Gérard Depardieu, la personne qu'il est et qui perd son fils que l'épicier du coin dont demain la boutique sera fermée et que si c'est triste, c'est quand même pas pratique pour trouver de la bière...
    :-)

    [C'est bien la modération, ça permet de se relire le commentaire ! ;-) ]

    RépondreSupprimer
  8. Bon, si jamais c'est mamzelle Scarlett qui passe l'arme à gauche, tant pis pour vous Didier, vous n'aurez pas droit au moindre kleenex, de la part de vos fidèles lecteurs....
    Anna R.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis la seule à ne plus recevoir le suivi des commentaires ?

    RépondreSupprimer
  10. Ouais mais mettre la photo de quelque'un qui est mort en disant "j'm'en fous" c'est une démarche étrange. Faut djà vachement s'emmerder dans la vie

    RépondreSupprimer
  11. Emma, Scarlett est INCREVABLE vu les airbags et comme je l'ai dit hier, je me contente d'une toile... "de France ". Aie! ça va chauffer !!

    Pluton post-Goudale

    RépondreSupprimer
  12. Franssoit : si, justement : pour peu que je l'ai croisé deux fois, ou simplement que j'ai acheté des bières à son père à quelques reprises, je pourrai être triste (et encore : pas longtemps : il faut se rendre compte de ce que l'on est, n'est-ce pas ?).

    Nicolas : un Arabe fermé le lundi est juste un épicier français hâtivement maquillé : les VRAIS Arabes sont évidemment ouverts le lundi !

    Pluton : on le fera péter, soyez-en sûr ! (Mais prenez votre temps, hein : on a d'autres motifs en réserve...)

    Poireau : ce que vous dites demande un développement dont je ne me sens pas capable ce soir : j'ai encore "école de points" demain matin...

    Anna : Scarlette morte, je trouverai le moyen de bander encore ! (Enfin, bon... faut voir...)

    Catherine : j'en sais rien...

    RépondreSupprimer
  13. Marc : je ne vois guère le rapport entre mettre une photo de Guillaume Depardieu pour illustrer un petit billet sur Guillaume Depardieu, et le fait de "s'emmerder dans la vie"...

    (Je m'excuse.)

    RépondreSupprimer
  14. On pourrait d'ailleurs remarquer que le sujet de ce court billet n'était pas réellement Guillaume Depardieu.

    RépondreSupprimer
  15. Tiens ! y a un message de Pluton qui est arrivé dans ma boîte mail et qui n'apparaît pas ici...

    Bon, on verra demain : là, je retourne me prendre une goudale avant d'aller dodo.

    Et, demain, c'est l'Irremplaçable qui joue les pare-feu anti-Brutus, comme aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  16. C'est très triste et c'est un choc ! Cet acteur me touchait énormément.

    Je trouve sa mort aussi triste que celle de n'importe qui.

    RépondreSupprimer
  17. "Pourquoi est-on TOUJOURS triste quand c'est la mort d'un jeune homme dont on parle dans France dimanche ou dans Public, et pas du fils de l'épicier qui se trouve à trois rues de chez vous, hmm ?"

    Mais qui vous dit que ça ne nous émeut pas davantage encore ?

    RépondreSupprimer
  18. Raaaaaa, flute,
    c'est un running gag...

    RépondreSupprimer
  19. Zoridae, je ressens la même chose, de la tristesse (et si un esprit moqueur insinue que c'est parce qu'il était d'une grande beauté, eh bien oui), j'aurais bien aimé le voir encore évoluer, comme être humain et comme acteur.
    Anna R.

    RépondreSupprimer
  20. De notre ami Christophe Girard :
    «Il part au même âge que Rimbaud. Il existe entre les deux personnages tellement de points communs dans la dimension géniale et romanesque des deux personnalités».

    Que voulez vous ajouter de plus ?
    Rien.

    RépondreSupprimer
  21. Ce qui me tue, c'est que l'on soit obligé de décréter un deuil national chaque fois qu'un intermittant du spectacle casse son sepsi.
    C'est juste un moyen détourné de faire grimper le nombre de clics sur votre blog, et de faire pleurer zozomémé dans les chaumières, n'est-ce pas, Didier ;-)

    RépondreSupprimer
  22. Marc, je m'emmerde vraiment, je me demandais pourquoi ce serait "mieux" de ne pas frapper, vous n'avez pas envie de m'aider à faire passer le temps?

    Bon, sinon, à part ça, je suis en train d'écouter une chanson de Britney Spears, c'est super chouette.

    RépondreSupprimer
  23. @Orage: Un sepsi est une pipe composée d'un long tuyau et d'un tout petit fourneau qui permet de fumer le kif.

    RépondreSupprimer
  24. Il y a deux trucs qui m'agacent terriblement avec les morts:
    - Ils étaient toujours merveilleux, fantastiques, exceptionnels. A croire que seuls les saints meurent!
    - Ceux qui restent se sentent toujours obligés de dépenser des fortunes en fleurs (mortuaires) alors que de leur vivant, ils ne vous offraient que de toutes petites choses. Vous avez déjà recu 200€ de fleurs pour avoir fait un petit diner chez vous? Non hein! Moi non plus. Enfin, ça fait beaucoup de sous pour mon magasin... vive les morts!

    RépondreSupprimer
  25. Honorer les morts reste important quand même ; c'est ce qui nous distingue en partie des animaux.

    RépondreSupprimer
  26. Dorham: Si c'est une question d'honneur, est-il plus important d'honorer les morts que les vivants? Je ne pense pas. Ceci dit, ça n'engage que moi. On a tous notre façon de voir la vie et donc la mort.

    RépondreSupprimer
  27. La mort d'un acteur, est-ce encore du cinéma ? Si oui, ce peut être émouvant pour le public. Sinon, ça regarde les proches.

    RépondreSupprimer
  28. Dorham,

    "c'est ce qui nous distingue en partie des animaux"

    Il y a aussi "vomir dans la voiture des belles mères des copains".

    Didier,

    Quand je charge votre blog, mon anti-virus s'affole bêtement (depuis ce matin). Virez moi donc la page avec la pub qui s'affiche en même temps que le blog.

    RépondreSupprimer
  29. Ce qui est admirable chez Goux c'est qu'il est capable de taire les ordurières implications du père Depardieu avec des dictatures et que son énergie se focalise sur les nègres... On a vu plus de noblesses

    RépondreSupprimer
  30. Tu penses bien que Goux est un fin opportuniste Zoto! D'évidence il sait ce qui doit être tue pour éviter les ennuis et ça pourrit littéralement en lui, cette impuissance, qu'il s'en prend aux négros ... si possible quand ils sont loins

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.