vendredi 17 octobre 2008

On refait le match France-Tunisie

Je n'aurais pas dit mieux ! Mais en essayant (gérondif...) de l'écrire un peu moins pataudement...

13 commentaires:

  1. Mouif, bof !

    Faire d'un troupeau de boeufs un enjeu politique...comment pourrait-on qualifier cela ?

    RépondreSupprimer
  2. Franchement, il fallait le trouver celui-là, capable d'exhumer MG Buffet, pour nous parler des sifflets du match, pour nous dire ensuite qu'il déteste le sport et s'appuyer pour cela sur Léon Bloy, spécialiste bien connu du sport, sans doute aussi compétent en football que Domenech l'est en Cœur sacré de Jésus.

    RépondreSupprimer
  3. Dorham : du surbranlage ?

    Henri : mais c'est justement ce qui est savoureux, dans ce billet : les contorsions à n'en plus finir, pour tenter d'étayer un présupposé de départ.

    RépondreSupprimer
  4. Voilà !

    Mais parler de ça incessamment, c'est super, ça permet de parler de tout sauf de ce qui fâche vraiment. La pauvre Roselyne Bachelot par exemple, elle se refait un peu de laine pour l'hiver ; le reste de l'année, elle est aux fraises...

    RépondreSupprimer
  5. Je dirais du branlage triste :((

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui est fascinant, somme toute, c'est que ce type est agrégé de philosophie et il s'intéresse à ce genre de trucs...

    Et essaie même de théoriser dessus. Son agrèg, il l'a trouvé dans une pochette surprise ?

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, celle qui a chanté l'hymne nationnal français était déguisée en djeune des banlieues, je ne le savais pas : il y a des paires de claques qui se perdent. Quant à moi, je trouve au contraire qu'il faut en parler et en reparler de cette histoire de sifflets.
    Au sujet du foot, j'ai lu un livre qui met les points sur les "i" :
    « Le football, une peste émotionnelle, sous-titre :La barbarie des stades » de Jean-Marie Brohm et Marc Perelman (Folio actuel).

    Anna R.

    RépondreSupprimer
  8. Je fais la différence entre siffler la Marseillaise dans un stade et siffler la Marseillaise dans d'autres circonstances.
    Aujourd'hui, commémoration du 17 octobre 1961 on peut admettre que certains puissent au moins serrer les dents à l'écoute de notre cher hymne national.

    RépondreSupprimer
  9. Le symbole sifflé ne me fait ni chaud ni froid… Mais j'approuve sa conclusion sur le sport!

    RépondreSupprimer
  10. La modération m'aurait-elle mangé une saillie ?

    (vous êtes dur là)

    RépondreSupprimer
  11. Je n'avais pas vu le match. J'ai vu l'extrait des sifflements tout a l'heure au zapping. Vu la manière dont Laam a massacré la marseillaise, c'était un minimum de la siffler.

    RépondreSupprimer
  12. Moi je l'ai entendu à la radio et j'ai d'abord cru que c'était Mireille Mathieu.

    RépondreSupprimer
  13. Monsieur Goux, merci de m'avoir orienté sur ce billet...Lire des billets avec des opinions et une vision des choses différentes me permet de mieux analyser certaines situations. Pour le reste le foot est-il encore un sport ou un moyen d'exprimer "autre chose" ? Je reste un peu dans le vague là.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.