dimanche 5 octobre 2008

Histoire de tunnel

C'est un machin long et noir ; qui se veut noir, et ne l'est pas forcément. Il est généralement gouverné par quelqu'un - plus exactement par quelqu'un lui-même dirigé par quelque chose - qui a décidé de vous démolir, même s'il n'en a pas la possibilité. Il essaie ; il n'a pas lu René Girard ; il pense que c'est inutile ; il croit qu'il a des armes contre vous - or, il n'en a pas. Il se bat néanmoins ; contre lui-même, le plus souvent.

Au départ, vous avez envie de l'aider ; c'est difficile ; c'est même impossible, on s'en rend compte très vite. Ça éructe et ça vocifère, ça sort les armes à feu, domaine que cela croit connaître ; ç'a au fond les larmes aux yeux, et vous ne savez plus trop comment réagir. Vous choisissez de ne pas réagir - le silence s'installe, il est le bienvenu. Pourvu qu'il dure.

5 commentaires:

  1. Ah...c'est re-modéré ? Heu, j'espère que c'est pas moi que vous décrivez, là...
    Si ce n'est pas moi, remarquez, ça veut dire que vous voulez vendre Girard à tout le monde...

    Flûte, je me croyais unique...je m'attendais à ce que, samedi prochain, vous me rameniez un tableau excel de références...

    RépondreSupprimer
  2. Ou alors, c'est le monolithe...mais comment lire sans bras ?

    RépondreSupprimer
  3. Le silence est une arme redoutable. Mais, il faut déjà être bien solide dans sa tête pour arriver à l'appliquer...

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez raison Didier, silence rime avec puissance. La personne vociférante m'attriste profondément.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.