vendredi 22 mai 2009

Céleste est une grosse conne

La preuve.

75 commentaires:

  1. Pascal Labeuche22 mai 2009 à 22:01

    Au moins c'est dit...
    Qu'en pense l'intéressée ?

    RépondreSupprimer
  2. On a presque l'impression que c'est écrit pour vous, pour provoquer un réflexe quasi pavlovien. Elle sait y faire la bougresse.

    RépondreSupprimer
  3. Plutôt kaï, kaï..

    RépondreSupprimer
  4. Difficile à dire, avec tous ces métissages canins...

    RépondreSupprimer
  5. Didier vous me décevez. Je m'en étais aperçu avant vous.

    Cette idéologie du métissage forcé me fait penser à une soulographie morbide : il ne reste que les fonds de bouteille, inbuvables, alors on les mélange.

    Expliquez plutôt à votre bon coeur qu'elle doit mettre un cierge pour une sainte : http://max-la-terreur.blogspot.com/2009/05/ma-rencontre-avec-la-liberte-guidant-la.html

    RépondreSupprimer
  6. Et vlan, ça devait arriver un de ces quatre..! D'accord sur le fond. Pour la forme, vous auriez pu rajouter "décervelée"... wouarff !

    RépondreSupprimer
  7. Bientôt dans un avenir radieux, nous n'aurons plus d'odieuses différences de couleur de taille ni de Goux entre pois, carottes, navets, tomates, nous n'aurons plus ni radis noirs, ni radis des banlieues, ni choux de Bruxelles, ni choux-fleurs, ni salade romaine, ni romaine salace, les pot-au-feu seront métissés au micro-onde, les macédoines seront grises, le riz à l'indienne métissé, le riz pilaf métissé, le riz blanc métissé, le riz complet blanchi, les purées de pois ne seront plus cassés, les lentilles plus triées, les soupes seront métissées, les potages métissés, les consommés métissés, les consommateurs mixés, les homos mixtés, les épices aseptisés, les apéros minéralisés et les digestifs homologués, les cocktails ne seront plus habillés, ni les molotovs éméchés.
    Alors les carottes ne se laisseront plus dévorer, les lapins ne seront plus dévorateurs, les goupils construiront des ponts pour les loups et leurs petits métissés détruiront les murs du fermier équitable et bio pour laisser ruisseler les quotas européens de miel et de lait de chamelle vers les vallées fertiles de la Chine mélaminée et de la Mésopotamie minée de bonnes intentions.
    Alors la divinité céleste sourira.

    RépondreSupprimer
  8. On a l'insulte facile par ici, finalement c'est une habitude.

    RépondreSupprimer
  9. mtislav,

    Ca fait des années que je ne lis même plus les insultes de Didier mais il est franchement casse-couilles, je lui ai dit que Céleste était une amie (au sens bloguesque du terme, je ne l'ai jamais rencontrée). Mais il faut qu'il insulte les gens tout en faisant semblant de donner des leçons de savoir vivre...

    Faut s'habituer. Ca nécessite des efforts.

    RépondreSupprimer
  10. En Italie on appelle ça du "buonisme" que ce catholicisme mal digéré et régurgité sous forme d'idéalisme crétin et crétinisant, sirupeux et lénifiant, grandiloquent de repentance missionnaire en fin de compte très colonial.

    Le plus débectant la dedans, c'est l'attitude "moi j'ai tout compris et je suis au dessus de ça, je vais vous apprendre" mixé avec le coté français cocorico "je peux me permettre de parler des italiens et de les juger puisque j'habite en Italie".

    Des immigrés elle n'en n'avait jamais vu la queue d'un dans son trou du bas Berry, pas plus italiens qu'autre chose, depuis qu'elle en est sortie et qu'elle a vu (un peu) le vaste monde, elle ne se sent vraiment plus pisser.

    Moi qui suis née dans une banlieue à forte immigration, qui ai eu deux enfants de pères italiens, et qui connait bien l'histoire de ce pays et de ces habitants (et immigrants, pas de famille italienne qui n'ait pas de la famille quelque part dans le monde, il y a 60 millions d'habitants en Italie et 70 millions de leurs descendants dans le monde, je suis d'ailleurs allée dans de la famille d'un de mes maris dans le New Jersey), quand je la lis sur ce sujet j'ai honte d'etre française d'Italie tellement ça me flanque la gerbe de lire cette greluche déjantée, absolument incapable de rationaliser quoi que ce soit ni de faire la part des choses.

    Il y a eu Sacco et Vanzetti, les italiens étaient considérés "less than niggers" et moins payés; et ils s'entendaient dire "speak white" . Il y avait aussi des "parrains", pas vraiment la crème, hein. L'immigration d'aujourd'hui c'est pareil.

    RépondreSupprimer
  11. Goux va crever d'ici 10 ou 12 ans...il essaye par tous les moyens de laisser sa trace d'ici là.
    Continuez !

    RépondreSupprimer
  12. Pourquoi perdez vous votre dignité aussi régulièrement avec ce type de billet grossier et insultant ?

    Enfin, il ne sera peut être plus là demain ...

    RépondreSupprimer
  13. Qu'est ce qu'il a encore fait Richard Berry ?
    :-)))

    RépondreSupprimer
  14. Si votre dernière phrase concerne le maître de lieux, vous êtes plus optimiste que moi.

    Pour la douce Floréal, j'ai un balai à chiottes, je l'envoie à quelle adresse ?

    RépondreSupprimer
  15. tu te le fous où je pense, Muss, ou bien t'en fais cadeau à cette bonne Céleste pour se nettoyer le cerveau, ça ne sera pas un luxe.

    RépondreSupprimer
  16. Rien à foutre, Didier, ça mange pas de pain ! La jeunesse vous soutient !

    RépondreSupprimer
  17. Tiens une petite anecdote pour détendre l'atmosphère. Je dois d'abord avouer que je suis métis: ma mère était autrichienne, mon père alsacien né allemand, puisqu'il vit le jour en 1905. Quant à moi, je suis né en Suisse et ai émigré en Polynésie il y a une vingtaine d'années. Il y a quatre ans, il me fallut obtenir un nouveau passeport, répondant au doux nom de Delphine, afin de pouvoir continuer à voyager en passant par les USA. Cette formalité qui ne nécessitait auparavant qu'une poignée de jours si l'on disposait d'un vieux passeport ou d'une carte d'identité française, me demanda cette fois six mois et faillit bien ne jamais se réaliser. On vivait l'après 11 septembre et, me déclara un fonctionnaire de la DRCL, on partait du principe que tous les passeports de l'ancienne génération étaient des faux et leurs possesseurs des terroristes. Un ami marquisien avec qui je devais voyager eut son passeport en une semaine, puisque, né en terre française sa citoyenneté ne faisait aucun doute. Par contre, pour moi, les choses en allèrent autrement. Lorsque je présentai mon extrait de naissance, suisse, il me fut répondu, à juste titre, que cela ne prouvait pas ma nationalité française. Pas grave. Mes parents étaient français, donc je n'avais qu'à fournir leurs extraits de naissance.Oui, mais voilà, l'extrait de naissance de ma mère était autrichien et celui de mon père allemand, le bref rappel historique que je fis au fonctionnaire zélé sur l'intégration de l'Alsace et de ses habitants à la république après la victoire de 1918, n'ayant pour effet que de me l'aliéner d'avantage. Un poste mal digéré en Alsace, je suppose. Je n'étais pas français, un point c'était tout, fermez le ban. Ca fait quand même quelque chose de se découvrir apatride à cinquante ans. Grand seigneur, le rond de cuir me proposa de faire une demande pour obtenir la nationalité française. Après tout je vivais en terre française depuis une vingtaine d'années, on me l'accorderait peut-être à ce titre. Je remplis donc le formulaire. A la rubrique nationalité, je mis français. Le formulaire me fut retourné, la mention "français" rageusement biffée, avec ce commentaire...Je vous rappelle que vous n'êtes PAS français.Si vous ne possédez aucune nationalité reconnue à ce jour, faites une demande pour obtenir le statut d'apatride et refaites votre demande une fois ce statut octroyé... Finalement, ce fut l'administrateur(sous-préfet) auquel j'exposai mon problème qui me sortit de ce mauvais pas en me demandant si j'avais fait mon service militaire. Oui. Avais-je des documents l'attestant. Oui. J'avais même été commandant du détachement de réserve des iles Marquises. Ah, bien, dans ce cas, votre nationalité est clairement établie, me répondit l'excellent homme, puisque, à l'époque, le service militaire était un privilège réservé aux seuls citoyens français.Je remerciai le ciel de ne pas avoir eu les pieds plats ou de souffle au coeur.
    La moralité de cette histoire, est qu'il n'y en a pas justement, pas plus qu'il n'y a d'acquis en matière de nationalité.
    Des fois que vous viriez ouzbek ou tadjik un de ces quatre matins, Didier. J'ai d'ailleurs toujours trouvé que vous aviez un look "steppes d'Asie centrale".

    RépondreSupprimer
  18. Là, je sens que ça va être un peu plus coton pour faire admettre que « grosse conne » est une simple formule amicale.

    RépondreSupprimer
  19. Excellent billet qui témoigne de la profondeur de la pensée de (mauvais) Goux.

    Et puis qu'on nous dise qu'il faut s'habituer ... s'habituer à quoi, à boire la vomissure d'une raclure d'aussi mauvais goût ?

    RépondreSupprimer
  20. Ce serait dommage que ce billet soit supprimé. Ne serait-ce que pour les commentaires. En particulier ceux de Floréal et Manutara.

    RépondreSupprimer
  21. Merci à Floréal et à Manutara pour leurs contributions respectives ! Quant à ceux qui m'accordent dix à douze ans de vie, je les trouve bien optimistes...

    Je vous laisse : il faut que j'aille métisser mon bordeaux rouge avec mon bourgogne blanc.

    RépondreSupprimer
  22. J'ajoute que, dans mon esprit, il n'y avait là aucune insulte, mais une simple tentative de définition.

    De plus, il est très sain d'avoir des ennemis et de les désigner clairement comme tels. Ce qui est fait, une bonne fois pour toutes : on peut passer à la suite.

    RépondreSupprimer
  23. Pascal Labeuche23 mai 2009 à 09:29

    « J'ai décidé de plus m'en prendre à personne depuis que j'ai observé que je finis toujours par ressembler à mon dernier ennemi.» Cioran

    RépondreSupprimer
  24. Sur ce coup, non. Céleste est une fille adorable. Qui a ses opinions. On peut les partager, ou pas. Ce n'est surement pas ce qui est marqué dans le titre.

    Non, pas aujourd'hui. Et un peu déçu (et triste) de ce "billet".

    RépondreSupprimer
  25. Je trouve Goux moins facho et moins totalitaire que pas mal de baltringues qui "s'expriment librement" chez la dame en question. Et il est réellement laic, une qualité que pas mal d'islamophiles parmi les "potes" de la dame n'ont pas, comme Yelra, Pescade ou Emcee, par exemple n'ont pas.

    Cette bonne femme a prétendu avoir mis de coté un mail "menaçant" envers elle pour ne pas me laisser parler sur son blog. C'est un mensonge et une calomnie, je ne l'ai jamais "menacée" de quoi que ce soit, et je la défie ici meme d'exhiber quoi que ce soit le prouvant.

    Par contre les "potes" masculinistes de cette pseudo-féministe maternaliste (qu'il y-t-il de plus machiste?) m'ont plusieurs fois insultée.

    Elle est définitivement bouffée par son narcissisme et se croit désormais en odeur de sainteté sur les chemins du nirvana comme d'autres partaient autrefois sur les chemins de Katmandou et se complait à se donner une importance qu'elle nie par fausse modestie. elle ne parvient pas à comprendre que, au moins pour ce qui me concerne, je n'en ai absolument rien à foutre de sa personne, c'est l'immigrationnisme forcené et islamophile que je combats.

    RépondreSupprimer
  26. Ce débat sur le métissage, d'un coté comme de l'autre, je n'y ai jamais rien compris, je ne comprends pas comment ça peut l'objet d'un débat, je le répète, d'un coté comme de l'autre.

    Un détail cependant : les italiens ne se sont pas intégrés, ils se sont assimilés, ils se sont travestis. Voilà un cas absolument unique dans l'Histoire de l'immigration. Les italiens exilés aux USA ou en Australie, ou en Suisse, en Belgique n'ont pas eu du tout ce réflexe. Pourquoi ? Et qu'est-ce que ça a engendré ?

    En tout cas, j'entends de chaque coté également des contradictions flagrantes. Je me demande bien si je ne vais pas en faire un billet ; histoire qu'un peu de bon sens (oh, ça va, je déconne...) rétablisse un brin d'équilibre.

    RépondreSupprimer
  27. Floréal a dit...
    "En Italie on appelle ça du "buonisme" que ce catholicisme mal digéré et régurgité sous forme d'idéalisme crétin et crétinisant, sirupeux et lénifiant, grandiloquent de repentance missionnaire en fin de compte très colonial....."


    Oh Merci Floréal, vous m'avez donné le mot, LE MOT : Buonisme !
    L'époque est buonique (pas bionique) BUONIQUE.
    On n'est pas loin de la Peste BUBONIQUE (au B près). Ca colle.

    RépondreSupprimer
  28. Ah,
    et le problème de billets de ce genre Didier, c'est qu'il libère (active, actionne, met en branle) tous ceux qui ont besoin de s'exciter le machin par procuration. Didier, vous ne leur rendez pas vraiment service.

    RépondreSupprimer
  29. "Un détail cependant : les italiens ne se sont pas intégrés, ils se sont assimilés, ils se sont travestis. Voilà un cas absolument unique dans l'Histoire de l'immigration. Les italiens exilés aux USA ou en Australie, ou en Suisse, en Belgique n'ont pas eu du tout ce réflexe. Pourquoi ? Et qu'est-ce que ça a engendré ?"

    ??? c'est clair comme du jus de chique. ça mériterait éclaircissement, en effet.

    RépondreSupprimer
  30. @ Falcon Hill
    "Céleste est une fille adorable."
    ah bah oui, hein, il suffit de lustrer les macho dans le sens du poil et ils vont vous décréter bonne comme la romaine, y a pas de mystère.

    RépondreSupprimer
  31. Les italiens qui sont venus faire leur vie en France ont laissé derrière eux leur culture, leur langue, ils se sont obligés à doter leurs enfants de prénoms bien français. Ils se sont assimilés, ça me parait clair comme mot, pourtant !

    S'assimiler, c'est se rendre identique et donc se nier.

    S'intégrer, c'est faire les efforts nécessaires pour faire partie d'un ensemble. Le travestissement n'est pas nécessaire pour ce faire. Vois les portugais, les asiatiques.

    RépondreSupprimer
  32. On n'en a pas tant demandé aux bretons, aux corses, aux alsaciens, aux basques...

    RépondreSupprimer
  33. Bof bof...on pourrait en dire autant des espagnols ou des polonais, des arméniens ou des yougoslaves. La France est assimilatrice, c'est en outre un pays catholique contrairement aux USA. Et pour les italiens en particuliers, les liens historiques sont vraiment anciens, leur seconde patrie par défaut, et indubitablement celui qui ressemble le plus au leur pour la manière de vivre. Pour eux c'est un peu ce que serait leur pays s'il était laic.
    Pas un peu du mauvais cousinage antique des corses en vers la péninsule d'en face, là? Cherche bien...

    RépondreSupprimer
  34. Sinon pour en revenir à nos moutons, on ne peut pas comparer les USA en 1912, qui était alors un pays en pleine expansion qui avait besoin de main d'oeuvre (je n'aime guère ce mot mais c'est le terme d'usage), avec l'Europe de maintenant en pleine récession qui n'en a pas besoin.

    Ni un pays WASP jusqu'au détour des années 1990, avec un pays de tradition culturelle catholique comme la France, nation assimilatrice je le répète.

    Mais c'est à l'islam que se trouve aujourd'hui confrontée l'Europe, qui n'est pas soluble dans la laicité et la démocratie comme nous l'entendons généralement ici.

    Or ces gens là, Céleste & co, veulent nous imposer mordicus l'islamisation et le métissage forcé au nom de la fraternité. Et je n'ai aucne confiance, absolument aucune, dans le buonisme imbécile dont ils font montre. S'ils avaient le pouvoir, ces mecs là seraient de véritables petits "gardiens de la révolution", et les rombières du genre Céleste et ses potesses se sentiraient "appelées" en tant que prédicatrices de la "nouvelle fraternité" pour vous l'inculquer de gré ou de force dans des goulags éducatifs musulmans.

    Perso je ne veux pas de leurs putains de goulags musulmans ni de leur leur saloperies de prédicatrices.

    RépondreSupprimer
  35. Les espagnols ? Non, ils sont repartis dans leur pays pour la plupart.

    Les polonais ?, là, je suis déjà un peu plus d'accord. Quoique...ça demanderait d'y regarder de plus près. Parce c'est difficilement comparable, cette immigration là a été plus "ponctuelle", elle a duré moins longtemps que l'italienne, qui a connu plusieurs vagues, s'échelonne sur plus d'un demi-siècle.

    Pour les arméniens, certainement pas, ils ont en nombre gardé leur culture (c'est aussi dû sans doute au génocide). Il suffit de connaître un tant soit peu la communauté arménienne, à Paris, ou à Lyon pour finir d'en être convaincu.

    Pour les yougoslaves ? De quand ? La récente immigration ? Tu plaisantes ? Tu n'es pas revenue depuis quand en France ?

    Par ailleurs, l'Italie est la France sont 2 pays très différents bien au contraire. Ces deux pays s'attirent autant qu'ils se repoussent. En Italie, il y a par exemple une haine partagée de l'état, en France l'Etat est presque tout. Il n'y a donc pas que la laïcité qui entre en ligne de compte.

    Non, je persiste, il y a bien une singularité dans l'immigration italienne.

    Rien à voir avec le "cousinage" corse. Après avoir été taxé de catho machiste, je deviens indépendantiste ? Arrêtes donc de porter tes jugements à l'emporte pièce...cette façon d'étiqueter les gens...

    RépondreSupprimer
  36. Floréal,

    tiens, j'ai une question (te fatigue pas, je ne suis pas pro métissage, ni anti d'ailleurs) :

    comment instaurer un métissage forcé ?

    Vous en parlez tous beaucoup, mais comment cela peut-il réellement s'articuler ?

    (cette question ne contient aucun sous entendu, elle est aussi sincère que possible)

    RépondreSupprimer
  37. Les italiens qui sont venus faire leur vie en France ont laissé derrière eux leur culture, leur langue, ils se sont obligés à doter leurs enfants de prénoms bien français. Que le fils de Luigi Cavanna se prénomme François ne constitue pas fatalement une forme de reniement.

    RépondreSupprimer
  38. Malavita : j'ai dit aussi leur langue et leur culture, pourtant vous avez pris soin d'engraisser les caractères.

    Le prénom n'est pas très important, je vous l'accorde, seulement symptomatique...

    RépondreSupprimer
  39. Cavanna a eu beau répéter maintes et maintes fois que sa mère était française, il est le plus souvent qualifié, comme Coluche, du reste, qui était exactement dans la même situation, de « fils d'immigrés italiens ».

    Étrange, tout de même, cette façon de toujours considérer, dans un couple binational, que la mère compte pour du beurre.

    RépondreSupprimer
  40. Pas les espagnols?!! Mais tu plaisantes ou quoi? C'est toi qui n'es pas au courant de la question! Revois tes statistiques! Ils ont été plus nombreux que les italiens!

    Maintenant si tu veux mordicus voire une "singularité" italienne afin d'en faire tes frères ennemis, tes juifs sur mesure, libre à toi. D'ailleurs, c'est ainsi que les "Lombards" comme on les appelaient meme quand ils venaient d'ailleurs, étaient considérés au moyen-age, parce qu'ils étaient un tantinet plus en avance avec leur banque et leurs lettres de change que les pedzouilles français avec leurs louis d'or dans leur bourse.

    Comment instauré le métissage forcé? Mais par le métissage culturel obligatoire en imposant l'islam et ses diktats bien sur! Et le reste suivra. quand on sera tours musulmans on sera tous métissés d'office. Ils ont une logique imparable dans sa simplicité crasse.

    RépondreSupprimer
  41. Je suis complètement d'accord avec ce que vous écrivez Floreal.

    RépondreSupprimer
  42. Et en plus on nous obligera à porter le voile.

    RépondreSupprimer
  43. Bon, je passe sur le début : du pur délire sauce Floréal ! T'as tout compris, les italiens sont mes juifs (je sens que je vais bientôt être allemand)... J'adore, se faire traiter de con par un imbécile, c'est un délice qu'il faut savoir apprécier. Je l'apprécie tel qu'il se doit...

    (je suis d'origine italienne (et pas qu'un peu), pas corse, banane !)

    Pour les espagnols, je n'ai pas dit qu'ils n'ont pas immigré en masse, mais que nombre d'entre eux sont repartis vivre plus tard dans leur pays d'origine. PAS PAREIL ! TU VOIS, PAS PAREIL ! Suffit d'ouvrir un bottin pour s'en rendre compte. Pas besoin de stats, je vis ici, en France... Moi... (ceci est de toute façon tellement étayé par des statistiques que cela figure même dans les manuels d'Histoire et dans les programmes scolaires français). On ne peut donc pas taxer les espagnols d'assimilation. Loin s'en faut.

    (comme d'habitude, tu lis comme ça t'arrange et tu arrêtes l'Histoire là où ça t'arrange)

    Les italiens sont arrivés à un point où ils seraient des étrangers dans leur pays d'origine. Aucune possibilité de retour, point final. Je ne sais si c'est bien ou mal : c'est un fait !

    Enfin, ta réponse à ma question n'est pas une réponse. C'est de la supputation. Comment ces diktats pourraient-ils s'imposer ? Seulement par décret ? Quelle volonté politique favorise ce métissage forcé ?

    De toute façon, de réponse, tu n'apporteras point.

    RépondreSupprimer
  44. Dorham : il ne sert à rien de discuter avec des convaincu(e)s. Ils portent une foi quasi religieuse à ces concepts…
    Ça ressemble fort à une sorte d'angoisse mais quant à son origine, c'est plus compliqué à saisir !
    :-))

    RépondreSupprimer
  45. Cette réponse en fait est symptomatique dans ce genre de débat. Sans raisonnement, on passe d'emblée à la prophétie.

    Or, avant d'avaler la conséquence, faudrait aussi envisager les causes. C'est une loi des plus simples.

    Bon.

    Je vais aider Didier à ramener le linge de maison...

    RépondreSupprimer
  46. Monsieur Poireau,

    c'est mon running gag à moi :)

    (mais t'inquiète, la desyntox est rapide)

    Je pense comme Didier, qu'il est nécessaire de lire, de se confronter, y compris aux idées que l'on trouve fausses, fallacieuses, ennemies (pourquoi pas ?)...

    RépondreSupprimer
  47. Pour lire, je suis d'accord avec Didier et toi. De là à discuter, ça me semble tout bonnement impossible.
    Leur vision du monde est bien trop "chargée de mort" pour qu'on puisse se comprendre.
    Toute évolution est une perte, un deuil. A partir de là, à quoi bon tenter un échange. Je constate les distances…
    :-))

    RépondreSupprimer
  48. Peut-être Mr Poireau, peut-être bien.

    Ce que tu dessines là, c'est le chemin des sages qu'espèrent un jour emprunter les teigneux dans mon genre. Tu sais, tant qu'on peut discuter, c'est que le temps de kalachnikovs n'est pas encore venu :)

    RépondreSupprimer
  49. La communauté française d'Italie est la plus nombreuse parmi les expats dans le monde, et la grande majorité sont des retraités revenus au pays, alors dire qu'ils ne sont pas revenus me fait marrer pas qu'un peu.

    En plus de ça, mais on n'en parle pas parce que ça c'est fait sans heurts, Les immigrés d'origine italienne venus d'argentine particulièrement mais d'amérique latine en général sont revenus en masse, plusieurs générations après, à cause des problèmes qui sont survenus surtout en Argentine dans ces dernières décennies. Ils se sont intégrés en un temps record, bcp parlaient déjà un peu l'italien, il faut donc croire qu'ils n'avaient pas perdu tant que ça leur culture d'origine.

    "Enfin, ta réponse à ma question n'est pas une réponse. C'est de la supputation. Comment ces diktats pourraient-ils s'imposer ? Seulement par décret ? Quelle volonté politique favorise ce métissage forcé ?"

    Non ce n'est pas une supputation. La Halde est DEJA un embryon de police politique, soutenu par diverses associations telle le MRAP, et plus généralement les formations politique d'extrème-gauche comme le NPA, Bové, etc.

    Comment concrètement cela se passe-t-il? En rognant sur la laicité, en cherchant comme le font ces organisations à imposer le voile dans tous les domaines, on l'a bien vu dans l'affaire des Vosges.

    Par l'existence de quartiers musulmans où on ne trouve rien d'autre que des commerces hallal, ou les autres ne sont pas acceptés et courent des risques, en 2005 ce sont ces commerces là qui ont été brulés. Par des prières dans les rues pour obtenir toujours plus de mosquées et de centre islamiques, payés par l'état contrairement à la loi sur la séparation de l'Eglise et de l'état, mais que les maires acceptent de financer pour avoir la paix où conserver leur électorat, quand par rapport à leur population il y en a déjà plus que suffisamment.

    Dis que c'est ce que tu acceptes, comme ta créature Céleste, qui est est prète à les aider à persuader les familles que le tout hallal dans les cantines scolaires, c'est très bien et bon pour l'intégration, mais ne viens pas dire que ça n'existe pas, que c'est une vue de l'esprit.

    La vision "chargée de vie" de la bonne Céleste et de ses potes, elle est surtout utile pour tuer leurs opposants récalcitrants le cas échéant.

    RépondreSupprimer
  50. 1 - je parlais uniquement des italiens de France. Je n'écris pas en chinois pourtant...

    2 - je n'ai pas dit que ça n'existait pas, sinon, je n'aurais pas posé de questions.

    3 - bon, la came habituelle.

    Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  51. Bein en attendant prépares tes filles à leur came à eux pour survivre dans un avenir proche:
    -foulard en passant à proximité d'un quartier musulman
    -bouffe hallal toute la semaine à la cantine et ne pas moufter si y a que du mouton
    -créationnisme au programme dans les manuels scolaires

    RépondreSupprimer
  52. Honnêtement, en quoi le billet en lien prouve que "Céleste est une grosse conne"?

    Tout au plus elle remue des lieux communs, et alors?

    Et il est évident que la population mondiale va se déplacer. C'est d'une logique imparable. Il n'y a pas de quoi s'agiter ainsi. Pourquoi refuser l'évidence?

    La seule façon de l'éviter, c'est de les exterminer tous. A moins que le réchauffement de la planète permette la colonisation des terres gelées de Sibérie.

    RépondreSupprimer
  53. Catherine, Floréal et Emma, le voile n'est pas concomitant d'une ascendance maghrébine vous savez...Il y a dans vos propos une part de fantasme qui relèverai de la psychanalyse freudienne: l'envie de se faire enlever par un bel émir au teint bistre, qui vous enfermerait dans son harem avant de vous faire subir de doux outrages ? Non ?
    A méditer.

    RépondreSupprimer
  54. Didier Goux est un grossier merle.

    La preuve.

    (Doublé d'un planqué, au fond, car il se garde bien de revenir sur certains blogues où on le reçoit comme il le mérite... Ou, comme on dit en Chine: "Grande bouche, cœur petit.")

    RépondreSupprimer
  55. Tiens, et pour Floréal, son anti-buonisme et sa trouille des musulmans: il y a une expression, en France, à propos des immigrés qui s'assimilent tellement bien qu'ils reprennent le discours que tenaient hier les xénophobes à leur sujet:

    "Le dernier arrivé ferme la porte."

    RépondreSupprimer
  56. Irène : si vous parlez de votre propre blog (et comme vous êtes incapable de parler d'autre chose que de vous-même, je le suppose), sachez que j'y passe régulièrement. Mais votre auto-promotion aussi satisfaite que ridicule décourage vraiment les commentaires – même des trolls les plus aguerris.

    RépondreSupprimer
  57. Sinon, si vous êtes en panne de liens, de lecteurs, etc., je peux vous faire un petit billet pour dire ce que je pense de vous, histoire de vous faire regrimper deux ou trois barreaux chez Miko. Mais je vais encore me faire engueuler par Nicolas, dont je suppose que vous êtes l'amie.

    RépondreSupprimer
  58. Je ne pense pas que Floréal ait la "trouille" de qui que ce soit. C'est juste une des rares féministes COHÉRENTES que je connaisse. Une femme précieuse, donc.

    Pour vous autres, les Céleste, les Irène, les circé, etc., vous êtes juste en train de creuser la tombe de vos filles. Et je trouve cela infiniment triste. Et pitoyable.

    RépondreSupprimer
  59. @ Océane
    Oui et bien meme la psychanalyse, elle s'appuie pour etre compréhensible au commun des mortels sur les grands mythes grecs. On parlera de "complexe d'Oedipe", pas de celui "d'Aladin".
    Je fourgue pour 3 deniers Jésus et Mahomet, deux prophètes pour le prix d'un et meme 13 à la douzaine, à coté de l'Odyssée pour moi il n'y a pas de Mille et une nuit qui tiennent, pas de ramayana, de mahabarata, rien de rien, sur l'ile déserte c'est l'Odyssée que j'emmène, pas la bible et le coran encore moins, vous pouvez toujours raconter ce que vous voulez.
    Votre émir j'en veux pas, encore moins de m'enfermer dans un harem. J'aime avoir le vent dans les cheveux et aucune envie de m'affubler d'un burkini. J'aime les grands espaces, la mer, et la liberté.

    RépondreSupprimer
  60. Floréal: certes protestez, protestez, ce sont là les grandes protestation avant de succomber au charme viril du bédouin.

    RépondreSupprimer
  61. @ I.Delse
    Ma... "trouille" des musulmans?
    Non. Je N'AIME PAS L'ISLAM, c'est différent. Une idéologie totalitaire que je juge dangereuse.
    Je me suis balladée seule, dans Khan el Khalili, le souk de Marakech ou la médina de Casa, je me suis mis une capuche sur la tete, quand meme, par mesure de précaution, fait traiter de "puta espanola" (je me demande encore pourquoi), eu chaud aux plumes sur une felouque au milieu du Nil (remarquez je suis -enfin j'étais, quand j'avais votre age- une excellente nageuse et y a plus de crocodiles en aval du barrage, donc en me laissant porter par le courant en tachant de me déporter de bais, je pense que je m'en serais tirée à l'aise.
    ça m'étonnerai que votre copine Céleste se soit jamais baladée sans un mec comme garde du corps où que ce soit, je suis prete à le parier à 100 contre 1! Je veux dire, du temps où elle était jeune hein, maintenant qu'elle est une vieille peau comme moi, tout au plus elle risque de se faire tirer son larfeuille aussi bien à Bombay que dans le métro parisien. Elle, elle à bien trop la trouille, et ses rodomontades grandiloquentes d'humanisme à l'eau de rose ne m'impressionnent pas.

    RépondreSupprimer
  62. @ Océane
    Non. J'ai pas besoin de bédouin. Le cas échéant je me harponne un pècheur à la plage.

    RépondreSupprimer
  63. Ah Floréal, quelle poésie dans vos propos, ainsi que le suggère votre nom ! Heureux soit ce pêcheur...
    En même temps vu la tendance du fourbe musulman à se cacher partout, n'ayez garde que ce viril pécheur ne soit un obscur chevalier de notre Sainte Foi.

    RépondreSupprimer
  64. Je ne harponne pas les pècheurs pour leur foi.

    RépondreSupprimer
  65. .. mélangé peut être, mais pas avec moi..
    Geargies

    RépondreSupprimer
  66. "J'aime avoir le vent dans les cheveux et aucune envie de m'affubler d'un burkini. J'aime les grands espaces, la mer, et la liberté."
    On est quelques-unes comme ça...

    RépondreSupprimer
  67. Le métissage, qui à terme fera disparaître toute identité, est-il un crime contre l’humanité ?

    RépondreSupprimer
  68. Un article de fond sur la démographie mondiale.

    A noter: la situation de la Russie (étonnant), celle de l'Afrique sub-saharienne et le dernier paragraphe:

    «Mais on remarque que ces révolutions à venir concernent toujours la condition féminine. L'Europe aurait d'après l'auteur un intérêt (en plus de l'exigence d'égalité) à lutter contre les discriminations dans le travail et l'Asie aurait un intérêt à lutter contre les discriminations sexistes contre le droit à l'existence des filles.»

    RépondreSupprimer
  69. Je viens de passer une demi-heure à parcourir le blog que vous avez mis en lien : merci de me l'avoir fait découvrir, je me le garde...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.