jeudi 7 mai 2009

Flash tranquille

Tout à l'heure, allant boire un café (version pour l'Irremplaçable) ou un quart de sauvignon (version tout public), en lisant Philippe Jullian (voir le billet précédent), à L'Ambiance d'à côté, je me retrouve à la table voisine d'une jeune femme, au cou Modigliani mais à la chair Rubens. Elle porte une jupe plissée rouge, sa coiffure est d'un temps révolu, la carnation de son visage aussi ; elle lit Totem et Tabou de Freud. Elle sort au bout de dix minutes, sans que nous ayons échangé un regard.

15 commentaires:

  1. Un hippopotame à cou de girafe ?

    RépondreSupprimer
  2. Franssoit : un sans faute.

    Orage : so ouate (thermogène)...

    RépondreSupprimer
  3. Elle aurait eu un corps Botero avec une tête Picasso et elle aurait été en train de lire la colonie pénitentiaire de Kafka, à votre place j'aurais carrément changé de café.

    Vous l'avez échappé belle !

    RépondreSupprimer
  4. Nefisa, t'arrête de te moquer des émotions de ton tonton, sinon tu prends une mandale !

    RépondreSupprimer
  5. Vous avez déja terminé Matzneff?

    RépondreSupprimer
  6. Vous avez vécu "les Passantes", ce n'est pas donné à tout le monde...

    RépondreSupprimer
  7. Mais si, justement : c'est donné à tout le monde !

    RépondreSupprimer
  8. Et alors ? Vous ne vous mouillez pas beaucoup !

    RépondreSupprimer
  9. J'aime bien ces captures d'instants.

    RépondreSupprimer
  10. Zoridae : et alors ? Je suis censé me "mouiller" ?

    Suzanne : "capture d'instants" : juste...

    RépondreSupprimer
  11. C'était pas au Bar des Sports, ça...

    RépondreSupprimer
  12. Je ne comprends pas pourquoi mon patronyme n'apparait pas...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.