samedi 23 mai 2009

Limite fout-la-trouille

Il n'y a pas cinq minutes, j'étais à ce clavier, le téléphone sonne. Je décroche avec une promptitude rare (en principe, je laisse lâchement ce soin à l'Irremplaçable), et c'est pour entendre une voix vaguement familière me dire :

« Bonjour Madame, bonjour Monsieur, je suis Philippe de Villiers... »

J'ai raccroché tout tremblant.

7 commentaires:

  1. Pascal Labeuche23 mai 2009 à 18:19

    Moi, ça m'aurait vexé, surtout. «Bonjour Madame», alors que je suis un monsieur, somme toute, c'est malvenu.
    Mais c'était vraiment le Roi du Puy-du-Fou ?

    RépondreSupprimer
  2. Fallait écouter, il vous proposait peut-être une place sur sa liste aux Européennes...
    Ou alors il demandait des sous.
    Ou encore c'est un pote à Céleste, mais ça, j'en doute...

    RépondreSupprimer
  3. Mieux ! Il vous proposait peut-être un fut de bière gratuit !

    RépondreSupprimer
  4. Ah quelle erreur ! Je l'ai eu aussi. Il m'a proposé des réduc pour le Puy-du-fou. Je me demande qui joue le rôle de Robespierre dans ce magnifique spectacle.

    RépondreSupprimer
  5. Auriez vous frémi autant pour...l'inusable et non moins inénarrable Arlette L. ?? ( smiley smiley)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.